À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Pour Poutine Biden écoute son miroir

Poutine est un tueur vidé de son âme, selon le président des États-Unis Joe Biden qui répondait, hier mercredi, à la question d’un journaliste d’ABC. « C’est celui qui dit qui est (NDLR. l’est) », lui répond ce jeudi, le président de la Fédération de Russie, lors d’un échange à distance avec les leaders d’opinion de Crimée. 

C’est à ce jeu de ping-pong que se livrent, depuis deux jours, les dirigeants des deux superpuissances, comme si la trivialité, pour se convaincre qu’on est fort, était le seul souci de l’humanité.  

À son corps défendant, Vladimir Poutine était contraint de réagir à une attaque personnelle sans précédent dans l’histoire des relations entre les deux pays.

Le répertoire choisi par le président russe pour formuler sa réplique n’est pas anodin. Tant s’en faut ! Faisant référence à des souvenirs d’enfance, le président Poutine confie : «Lorsque nous nous disputions les uns avec les autres, on disait : c’est celui qui dit qui est », en ajoutant que « ce n’est pas juste une formule d’enfants et une plaisanterie, il y a là un sens psychologique profond ». 

Au-delà de cet effet miroir, véhiculé par le contenu explicite de la réplique de Poutine, celle-ci se présente comme un message à contenu multiple. La référence à l’enfance, en dépit de tous les bons sens que celle-ci peut générer, est surtout une façon de signifiait à l’adresse de son homologue américain que les relations entre États, c’est tout, sauf une cour de récréation.

Et le président russe d’insister : « Mais lorsque nous évaluons d’autres personnes, ou même d’autres États ou d’autres peuples, on dirait que c’est toujours comme si nous nous regardions dans le miroir et nous nous y voyons. Parce que nous faisons peser sur quelqu’un d’autre ce que nous respirons nous-mêmes, ce que nous sommes en réalité ». 

Il ne fallait pas plus à la presse russe pour rappeler au président américain son rôle dans l’invasion, en 2003, de l’Irak et dans l’intervention américaine en Syrie en dehors de tout cadre juridique.

Tags:, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :