À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

La Russie rappelle son ambassadeur à Washington

Biden veut faire payer Poutine. La Russie accuse Washington d’être à l’origine de la dégradation des relations entre les deux pays.

Vladimir Poutine, le président de la Fédération de Russie est un mauvais élève, nous allons le punir. C’est à peu près ce qui ressort de la réponse faite ce mercredi, par le président, américain, Joe Biden au journaliste de la chaine américaine ABC, George Stephanopoulos. « Pensez-vous que c’est un tueur ? » lance licencieusement l’interviewer, à propos de Vladimir Poutine. « Oui, je le pense », répond, droit dans ses bottes, le président américain, en ajoutant : « Vous verrez bientôt le prix qu’il va payer ». Et Joe Biden de s’autoriser à dire de son homologue russe qu’il n’avait « pas d’âme » ! Autant dire que l’art de la diplomatie a bel et bien déménagé et l’incident prend des allures d’une sérieuse crise diplomatique entre les deux pays. 

En Russie, même si le Kremlin n’a pas encore réagi, la réaction de personnalités de premier plan ne s’est pas faite attendre. Viatcheslav Volodine, le président de la Douma et proche de Vladimir Poutine dénonce « de l’hystérie due à l’impuissance ». Et le président de la chambre basse d’ajouter : « Poutine est notre Président et une attaque contre lui, c’est une attaque contre notre pays (…) Avec ses déclarations, Biden a insulté les citoyens de notre pays ».

Être conscient des risques de la dégradation des relations

Chose inhabituelle, dans les relations entre les deux superpuissances, Moscou a rappelé Anatoli Antonov, son ambassadeur à Washington pour consultations. « La nouvelle administration américaine est au pouvoir depuis près de deux mois, le jalon symbolique des 100 jours n’est pas loin, et c’est une bonne opportunité pour évaluer ce que l’équipe de Joe Biden fait de bien ou pas très bien. Pour nous, l’essentiel est de trouver des moyens pour améliorer les relations russo-américaines devenues difficiles et que Washington a conduites, ces dernières années, dans une impasse. Nous souhaitons éviter l’irréversibilité leur dégradation, si les Américains sont conscients des risques associés », édite sur sa page Facebook, Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Un détail qui n’a pas échappé aux observateurs, selon le même document, Anatoli Antonov aura des consultations avec les responsables du ministère des Affaires étrangères, mais aussi avec « d’autres services compétents ».

Cette crise, la première depuis l’arrivée Joe Biden à la Maison-Blanche, n’ira, sans doute, pas plus loin que l’échange de critiques, mais elle mettra des semaines pour se dénouer. En espérant que l’histoire donnera raison à l’écrivain et journaliste américain Ambrose Bierce qui professait que « En diplomatie, l’ultimatum est la dernière exigence avant les concessions ».

Dahmane SOUDANI

Tags:, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :