À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Décret anti-immigration. Comment expliquer le ciblage de 7 pays ?

Ce dimanche, le journaliste vedette de CNN, Fareed Zakaria rappelle qu’Alex Nowrasteh de CATO Institute -établissement lié au mouvement conservateur think tank- a calculé le nombre d’Américains tués par des ressortissants de l’Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen -les sept pays concernés par les mesures anti-immigration prises, vendredi dernier par le nouveau président américain Donald Trump- entre 1975 et 2015. Le résultat est de zéro crime de ce genre, pour chacun des ces pays. En revanche, toujours selon la même source, des terroristes originaires d’Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis et d’Égypte ont respectivement assassiné 2369, 314 et 162 citoyens américains. Par ailleurs à moins d’être de mauvaise foi, nul n’ignore que la Turquie d’Erdogan est un accélérateur d’accès des terroristes et de leurs équipements aux zones de combat en Syrie et en Irak ; zones où de nombreuses victimes, dont des Américains, ont laissé leurs vies.

Ces données montrent que la décision prise par la nouvelle administration américaine n’obéit à aucune logique. Sauf que le 10 janvier dernier, de son côté, BBC News avait fait l’inventaire des intérêts de Donald Trump à l’étranger et révèle que l’actuel président américain avait des intérêts importants, entre autres, en Arabie Saoudite et en Turquie. Enfin, le 27 janvier dernier, dans son édition en ligne Fortune international avait rapporté que Donald Trump « avait des intérêts dans deux entreprises qui pourraient être liées aux affaires en Egypte ».

Selon BBC News, durant sa campagne pour la présidentielle qui l’a porté au pouvoir, Donald Trump avait créé, en Arabie Saoudite, huit entreprises intervenant dans le secteur de l’immobilier.

En 2008, Donald Trump a, en outre, conclu un accord avec le conglomérat turc Dogan Holdings pour construire deux tours résidentielles et d’affaires dans le quartier des affaires d’Istanbul.

Cette décision de la Maison-Blanche semble donc obéir à des raisons totalement différentes à celles avancées pour la justifier ; mais des raisons inavouées parce qu’inavouables !

En tout état de cause, quelles que soient les raisons invoquées pour expliquer cette mesure, ostraciser des ressortissants étrangers, uniquement en raison de leurs appartenances religieuses est un déni évident des fondements des droits de l’homme. En outre, du point de vue du droit américain, cette mesure est anticonstitutionnelle et porte, ouvertement atteinte au principe de la liberté de culte.

Donald Trump a-t-il pris cette décision controversée pour les raisons avancée ou alors souhaite-t-il quelque chose en retour qui lui permettrait d’utiliser la force ultime ? La question mérite d’être posée.

Tags:, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :