À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Djibouti. La Police d’Ismaïl Omar Guelleh ouvre le feu sur des rassemblements pacifiques

Entre 19 et 25 personnes ont été tuées, lundi dernier, par la police djiboutienne.

Entre 19 et 25 morts et 100 et 150 blessés, c’est le très lourd bilan de deux assauts de la police djiboutienne qui ont visé, hier lundi, un rassemblement culturel et une réunion du haut conseil de l’USN, la principale coalition d’opposition au régime. Les deux incidents se sont déroulés à Balbala dans la proche banlieue de Djibouti-ville. Ahmed Youssouf Houmed, président de l’USN, Said Houssein Robleh, député, Hamoud Abdi Souldan ancien ministre figurent parmi les blessés. Ces trois personnalités ont, depuis, été prises en charge les services de l´hôpital militaire français Bouffard. Selon le Dr et député Abbatté Ebbo Adou qui s’était longuement entretenu avec les chirurgiens de l’hôpital franaçais, violemment bousculé par la police, Ahmed Youssouf Houmed, 75 ans, souffre d’une fracture multiple du col du fémur. De son côté, Said Houssein Robleh a été atteint par deux balles réelles dans le cou. L’un des deux projectiles a été retiré, mais l’extraction du deuxième est plus délicate, en raison de sa proximité de la carotide. Pour ce qui le concerne Hamoud Abdi Souldan a été atteint de quatre balles également réelles à l’épaule et au thorax. Malheureusement, l’extraction de l’une des balles, fait courir le risque d’une hémorragie de l’artère fémorale.

Passage en force

« Il est à déplorer que la répression dépasse des limites qui sont intolérables désormais à Djibouti (…) Il ne s’agit pas uniquement de décourager l’influence qu’ils (NDLR. Les opposants) peuvent avoir sur la population, mais d’intenter à leurs vies et cela est très, très grave. Nous voulons que cette situation cesse, que le pouvoir prenne la mesure du danger qu’il fait courir au pays et qu’il s’oriente autrement », a conclut le Dr Abbatté Ebbo Adou dans une vidéo postée sur la page Facebook de l’USN.

Selon l’opposition, des policiers et des gendarmes en grand nombre se sont présentés à plusieurs reprises à l’hôpital Bouffard pour tenter d’obtenir le transfert des quatre victimes à l’hôpital Peltier qui serait un véritable « mouroir ». Pour l’instant la direction de l’établissement militaire français semble tenir bon.

Au pouvoir depuis 1999, après avoir succédé à son propre oncle, le président Ismaïl Omar Guelleh a annoncé, il y a juste quelques jours qu’il allait briguer un quatrième mandat. Pour décrocher sa troisième élection, il lui a fallu modifier la constitution en 2010. Il n’est pas exclu que les attaques de lundi dernier s’apparentent à des d’intimidation en vue tenter un passage en force. C’est d’autant plus plausible que le chef d’état djiboutien tient en main une partie des grandes puissances, à travers l’hébergement de leurs bases militaires sur son territoire.

Tags:, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :