À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

ONU. L’Arabie saoudite installée à la tête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Les « perles de la couronne » du Conseil des droits de l’homme perdent de leurs éclats.

La nouvelle prête plutôt à rire qu’à pleurer. Mais essayons plutôt de voir par quel mécanisme cette monarchie ultraconservatrice a pu s’emparer d’un symbole auquel elle dénie fondamentalement toute existence. Le premier obstacle à

 L'Arabie Saoudite en leader des droits de l'homme! (photo Dahmane Soudani)

L’Arabie Saoudite en leader des droits de l’homme! (photo Dahmane Soudani)

franchir était celui du groupe consultatif pour la sélection des titulaires de mandat. Celui-ci se compose de Alexandros Alexandris, représentant permanent de la Grèce; Boudjemâa Delmi (Algérie), Marta Mauras (Chili) Rytis Paulauskas, (Lituanie) et de Faiçal Ben Hassen Trad, (Arabie saoudite). On ne sait pas encore comment, mais le représentant du royaume wahhabite a réussi à franchir ce premier cap. On pourrait imaginer un dosage subtil entre panarabisme, chantage à la déstabilisation et monnaie sonnante et trébuchante. Les derniers changements à la tête des services sécuritaires en Algérie plaident partiellement en faveur de cette hypothèse, mais rien n’est encore sûr. Le 2 juillet dernier, au sein du même Conseil aux côtés de la Russie, la Chine, la Bolivie, Cuba, et le Venezuela, l’Algérie avait voté contre une résolution sur la Syrie, soutenue par l’Union européenne, Qatar, Arabie saoudite, Émirats arabes Unies et les États-Unis,

Vient ensuite l’élection proprement dite et cela est plus important. Là aussi, c’est le flou total. À elle seule la désignation tournante et par zone géographique ne suffit pas à expliquer cette élection. On ne sait pas qui a voté quoi ! En tout cas, UN Watch rappelle : « « Nous ne pouvons pas oublier que les Etats-Unis et l’Union Européenne avaient refusé de prononcer un seul mot de protestation lorsque nous les avons exhortés, avec les dissidents saoudiens, à s’opposer à l’élection de la monarchie en 2013 –NDLR. au sein du Conseil-. Il est triste de constater que dans notre monde le pétrole continue à l’emporter sur les principes de base droits de l’homme.  »

Du sel sur des plaies ouvertes

Ryad avait postulé pour la présidence du Conseil droits de l’homme en juin dernier « à l’issue de la campagne de UN Watch relayée par les journaux du monde entier », rappelle l’organisation de défense des droits de l’homme. « Il est déjà regrettable que l’Arabie saoudite soit un membre du Conseil, mais pour l’ONU, aller jusqu’à placer ce régime en tant que président d’un panel clé, c’est mettre du sel sur des plaies pour les dissidents qui croupissent dans les prisons saoudiennes, comme le militant des droits de l’homme Raif Badawi », assène UN Watch.

Grâce à ce mandat, l’Arabie saoudite présidera le Groupe consultatif composé de 5 ambassadeurs membres. Cette instance aura la charge importante de désigner 77 experts souvent qualifiés par l’ONU de « perles de la couronne » du Conseil des droits de l’homme. Des joyaux qui risquent d’en pâtir, au point perdre, et pour longtemps, de leurs éclats.

Plus d’info

Surfer : http://blog.unwatch.org/index.php/2015/09/20/saudi-arabia-wins-bid-to-behead-of-un-human-rights-council-panel/

Tags:, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :