À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Algérie. Le patron de l’Armée encense l’ex-parti unique

Le chef d’état-major de l’armée algérienne est-il à la recherche d’une base pour des ambitions politiques ?

L’état de régence dans laquelle se trouve le pouvoir algérien, depuis la dernière élection du président Abdelaziz Bouteflika, touche-t-il à sa fin ? La course à la succession de l’actuel locataire du palais d’El Mouradia est-elle ouverte ? Face à Ali Benflis, ancien chef du gouvernement et candidat à la dernière présidentielle et Mouloud Hamrouche, ancien officier de l’armée et ancien chef du gouvernement, le système-a-t-il décidé de placer sur la rampe de lancement l’actuel vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah. En tout cas, au lendemain du Xe congrès du FLN qui s’était tenu à Alger, du 28 au 30 mai dernier, le chef de l’institution militaire algérienne a adressé un courrier dithyrambique à Amar Saadani, réélu secrétaire général de l’ex-parti unique FLN dans lequel il a encensé cette formation politique. Dévoilée le 8 juin dernier par le quotidien Le Soir d’Algérie, la missive du général-major commence par se féliciter « du plébiscite, à l’unanimité » de Amar Saadani à la tête du FLN.

On notera d’abord l’étrange redondance « plébiscite » et « unanimité » ; un pléonasme, inutile s’il ne témoignait de la fragilité de l’affirmation. En effet, parce que les gens sont différents et parce que même au sein d’une même formation politique, il peut y avoir des sensibilités différentes, en démocratie, il ne peut pas y avoir de plébiscite. C’est une situation purement fictive et qui emporte dans son sillage le débat sérieux inspiré par des convictions pleinement assumées et l’expression démocratique interne.

Éloge d’un parti politique

Trois autres passages du courrier de l’officier supérieur peuvent retenir l’attention.

« Il est nul besoin de prouver que le parti du Front de libération nationale demeure, au regard du capital révolutionnaire et historique ainsi que sa large base populaire qui brasse toutes les couches de la société et toutes les catégories d’âge, la première force politique du pays et c’est incontestable», écrit Ahmed Gaïd Salah. Et le général de poursuivre : «S’il est attendu de cette force politique (le FLN) d’enrichir la dynamique de la classe politique dans notre pays et de consolider son édifice, elle qui constitue une force d’équilibre constamment guidée par ce souci permanent de servir les intérêts supérieurs de la nation, le FLN demeure aussi comme aucune autre force, cette mémoire qui préserve l’histoire de notre glorieuse Nation avec ses épopées, ses gloires et ses incommensurables sacrifices », avant d’ajouter « le parti du Front de libération nationale endosse une lourde responsabilité́ historique, envers son pays et son peuple, particulièrement les générations futures qui devront être tout à fait conscientes que, jamais les objectifs de la grande Révolution de Novembre ne seraient concrétisés sans cette image légendaire faite de sacrifices, d’unité, de fraternitéé et du don de soi qu’avait donnée de lui le peuple algérien, dans toutes ses composantes sociales, lesquelles ont bouleversé le cours des événements à travers le monde et porté au firmament de la gloire parmi les nations, l’emblème de l’Algérie»

Hiérarchisation entre les partis politiques et droit tutélaire du FLN

Le premier passage, met en évidence le « capital révolutionnaire et historique » du FLN et « sa large base populaire » pour conclure qu’il demeure incontestablement « la première force politique du pays » ; ce qui laisse entendre une certaine forme d’exceptionnalité de cette formation politique, dans la mesure où même si elle perdait de sa base populaire, il lui resterait quand même et toujours son historicité à faire valoir. Or tout le monde sait, et les Algériens en premier lieu, qu’à tout point de vue, la FLN qui a lutté pour l’indépendance du pays n’a rien à voir avec le PLN qui, aujourd’hui, se bât pour la prise du pouvoir. Il y a donc une tentative d’hiérarchisation des partis politiques ; une considération qui n’obéit à aucun standard démocratique connu.

Cette idée est clarifiée dans le second passage dans lequel le patron de l’armée attribue au FLN le rôle de force tutélaire sur les autres partis et sensibilités politiques.

Enfin dans le troisième passage, le vice-ministre de la Défense estime que l’ex-parti unique est dépositaire de la mémoire et de l’héritage patriotique du pays.

Les dessous d’une sortie

La culture démocratique n’en sortira pas consolidée par cette sortie du premier responsable de l’armée algérienne. Aucune personne responsable ne peut occulter le rôle de l’Armée et des services de sécurité algériens dans la lutte contre le terrorisme et ses argentiers, mais la démocratie reste le meilleur paravent contre l’idéologie de la violence. C’est un élément stratégique de la lutte contre le terrorisme

Faisant partie du gotha des stratèges de son pays, le général-major aurait dû intégrer, par ailleurs, que l’unanimisme, les sacralisations de toutes sortes et autres formes d’hégémonie dont il gratifie l’ex-parti unique, font le lit de la culture du fanatisme assassin, ce fanatisme auquel, au prix de leur vie, les soldats l’armée algérienne lui livrent des combats quasi-quotidiens.

Reste tout de même une question. Comment explique que ce militaire averti, qui clamait à qui veut l’entendre «l’engagement de l’Armée nationale populaire à se maintenir à l’écart de toute sensibilité ou calcul politique» puisse être à l’origine d’une telle volte-face ? Trois pistes sont possibles pour expliquer ce revirement. Il peut s’agir d’une simple maladresse, du reste très préjudiciable au général. Elle peut aussi s’expliquer par la recherche d’un clientélisme imposé par les luttes entre divers clans du pouvoir. La troisième hypothèse pourrait être celle de la recherche d’une base politique pour briguer la succession d’Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la République ; ce qui laisse entendre que la santé de ce dernier s’est dégradée et que son entourage cherche à assurer ses arrières par un homme de confiance.

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :