À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Ferguson. Les violences font tache d’huile

À New York, la police utilise des gaz au poivre.

Après que le grand jury ait refusé, lundi dernier, de ne pas charger Darren Wilson, le policier qui, le 9 août dernier, avait abattu le jeune Afro-Américain Michael Brown, la petite cité de Ferguson et la banlieue de Saint-Louis, dans le Missouri se sont de nouveau enflammées. « Pas de Justice » pas de paix » ont scandé les protestataires au cours de la nuit de mardi à mercredi. Plusieurs dégâts ont été signalés et au moins une voiture de police a été incendiée à proximité de la mairie de Ferguson. Malgré un important cordon de sécurité, l’hôtel de Ville a été l’objet de jets de pierres provoquant quelques bris de vitres

En face, en tenue de camouflage et armés de fusils d’assaut, 2 200 soldats de la Garde nationale ont été mobilisés et la police a fait usage de gaz lacrymogène et a procédé à 44 arrestations.

Dans la nuit de lundi à mardi, une dizaine de bâtiments avaient été incendiés et une soixantaine de manifestants arrêtés.

La colère n’est plus circonscrite à Ferguson. Elle fait tache d’huile, un peu partout aux USA et même au Canada. Des manifestations sont signalées à Los Angeles, Washington DC, New York, Montréal, Toronto et Ottawa. A New York, la police a fait usage de gaz au poivre au niveau du tunnel Lincoln et de Triborough Bridge contre des manifestants qui tentaient de rejoindre Time Square. À Harlem au cris de « La police raciste ! », une manifestation a également éclaté.

Enquête fédérale

À Los Angeles le siège de la police a été attaqué à l’aide de bouteilles d’eau et une voie rapide donnant accès au centre-ville a été bloquée à en deux endroits. Atlanta où 21 arrestations ont été effectuées, les manifestants ont également bloqué la circulation. La circulation a aussi été perturbée à Denver. À Oakland en Californie des manifestants ont mis des ordures au centre-ville. À Boston, un rassemblement a réuni 1 500 personnes selon Reuters.

Mardi soir, Barack Obama dont le procureur a promis une enquête fédérale, est intervenu pour dénoncer les manifestations de violences. « Je n’ai jamais vu une loi sur les droits civiques, sur la santé ou sur l’immigration devenir réalité, parce qu’une voiture avait été brûlée », a-t-il notamment plaidé.

La journée du Thanksgiving –fête de l’action de grâce-, la plus grande fête familiale au États-Unis, célébrée demain jeudi, va sans marquer un répit dans la tension, mais les manifestations peuvent reprendre de plus belle, dès le week-end prochain.

Dans la représentation collective, les actes de violence visant les afro-américains ont un impact plus dommageable, depuis que le président des Etats-Unis est issu de cette partie de la population du pays. Dans l’imaginaire collectif, le constat est simplement douloureux : si sous cette présidence, hautement symbolique, de tels actes ne cessent pas, cela ne cessera jamais. Il y va de la confiance d’une partie importante des Américains qui va au-delà de la population de couleur.

La découverte, mardi, d’un corps dans une voiture, à Ferguson ne va certainement pas pas arranger les choses.

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :