À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Algérie. Les appartements parisiens de Amar Saïdani : la partie visible de l’iceberg

Le N° 1 du FLN posséderait deux appartements haut standing à Paris et 300 millions d’euros en avoirs dans une banque française.

Les gigantesques ressources pétrolières , une aubaine pour les corrompus (photo Dahmane Soudani)

Les gigantesques ressources pétrolières , une aubaine pour les corrompus (photo Dahmane Soudani)

Le meilleur moyen d’empêcher les autres de voir clair, c’est de lancer un fumigène. En octobre dernier, Amar Saïdani, l’ancien président de l’Assemblée nationale algérienne et actuel secrétaire général du FLN, contesté d’ailleurs par deux tiers des adhérents de ce parti, a déclaré que « la lutte contre la corruption ne doit pas relever du ressort des services de renseignement, mais de la justice » Soit ! Mais en février dernier, ce même dignitaire du régime algérien qui n’est pas à une contradiction près, livre au Quotidien d’Algérie, à propos du mandat d’arrêt international délivré par le parquet d’Alger à l’encontre de l’ancien ministre de l’Énergie Chakib Khalil : « la justice algérienne a agi en dehors du cadre fixé par la loi ». En clair, selon cette voix autorisée qui, du reste, ne rate pas une seule occasion pour se draper de l’emblème national, en Algérie, il n’y a pas de cadre légal pour débusquer et sanctionner la corruption ; fléaux ravageur dont il va, d’ailleurs, jusqu’à nier l’existence.

3 millions d’euros en valeurs immobilières…

Décidément, le maitre du FLN a l’oreille chaste ! En guise de thème de campagne de la dernière présidentielle, dans un contexte régional de dangerosité absolue, l’ancien président de l’Assemblée algérienne préfère d’ailleurs concentrer ses tirs sur une institution de sécurité du pays qui plus est, a conduit les enquêtes les plus fructueuses en matière de corruption.

Ces sorties du chef de l’ex-parti unique n’étaient pas désintéressées. Loin s’en faut ! Les média algériens ont déjà, a plusieurs reprises, relaté la très probable implication de Amar Saïdani dans le détournement des fonds d’un montant équivalent à 550 millions de dollars, affectés en 2006, à la Générale des concessions agricoles (GCA) pour le développement rural.

Le 15 avril dernier, deux jours avant l’élection présidentielle, sous la plume de Nicolas Beau, le Mondafrique en rajoute une couche, en dévoilant que ce soutien zélé d’Abdelaziz Bouteflika possède deux appartements parisiens dont l’un se trouve sur l’avenue de la Grande armée. La valeur de ces deux biens est estimée, selon la même source, à 3 millions d’euros. Et Mondafrique d’ajouter que ce cacique possède, en outre, un compte, dans l’une des premières banques françaises, doté de la coquette somme de 300 millions d’euros.

Corruption à ciel ouvert

Sous la plume d’Aït Amara, le site AlgériePatriotique affine l’enquête et vient d’éditer que d’un grand standing, les deux appartements sont situés, en fait, à Neuilly-sur-Seine et à Nanterre. Le premier bien d’une superficie de 100m2 se trouve au 15 boulevard Victor Hugo. Il est estimé à 2 millions d’euros. D’une valeur de 0,8 million d’euros, le second a été localisé au N° 36 de la résidence Belle Rive, non loin du Golf de Rueil. « Pour gérer sa fortune, le voisin de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni a recours à un homme d’affaires algérien – dont nous tairons le nom pour l’instant – qui se trouve être son pourvoyeur de fonds. » ajoute le site AlgériePatriotique qui nous promet d’autres révélations dans les jours avenir.

Les dénis de vérité ne servent à rien. Reconnaître un mal, c’est faire un pas dans le cheminement vers la guérison. La corruption à grande échelle existe bel et bien en Algérie ; C’est une corruption à ciel ouvert et elle est contagieuse. Même les gens qui ne récoltent que des miettes adhèrent à ce jeu suicidaire. Non seulement, il faudra les moyens de la justice et de tous les services de sécurité réunis pour la combattre –en venir à bout est une autre affaire-, mais le concours de toute la puissance publique. Ce qu’on nous livre par intermittence, n’est que la partie visible de l’iceberg. Les déclarations de circonstance, juste pour amuser la galerie ne suffisent plus.

Corruption et décision politique souveraine

La répression de la corruption est aussi morale et nécessite la force de l’exemple, deux denrées rares dans les sphères du pouvoir algérien. Aujourd’hui, on est plutôt dans la logique inverse. C’est à peine si on n’ose pas demander pas aux Algérien de tolérer un syndicat pour corrompus.

À juste titre, les Algériens se posent la question de la souveraineté de la décision politique avec des personnalités aussi bien placées et dont les casseroles qu’elles trainent ne sont, pour les puissances étrangères, qu’un secret de polichinelle, tant l’accès aux fichiers bancaires ne souffre d’aucune équivoque.

Cela dit, si la corruption en Algérie, reste avant tout une affaire algéro-algérienne, les honnêtes citoyens de ce pays se posent également la question, somme toute, légitime, à savoir : quelle attitude faudra-t-il adopter envers les banques étrangères qui, en toute connaissance de cause recyclent l’argent sale tiré des ressources de leur pays. La nature du circuit par lequel avaient transité les sommes colossales versées à deux Algériens dans l’affaire du consortium canadien ScaTT-RSW est à cet effet édifiante.

Dahmane Soudani

Tags:, , , , , , , , ,

un commentaire le “Algérie. Les appartements parisiens de Amar Saïdani : la partie visible de l’iceberg”

  1. Nasser mai 15, 2014 à 4:12 #

    Les accusations suspectes contre Amar Saadani
    __
    Ciel ! 300 millions d’euros dans une banque, qui plus est, française ! Alors que TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits Financiers clandestins) veille ! La ficelle parait bien trop grosse. « On » veut nous faire avaler une grosse couleuvre. « On » nous prend vraiment pour des imbéciles. Ils ont l’habitude de l’autre côté de la méditerranée de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ils ont l’habitude aussi d’avoir des relais pour répercuter les moindres inepties et leur donner des dimensions titanesques.
    SUITE
    http://www.algerie1.com/actualite/les-accusations-suspectes-contre-amar-saadani/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :