À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Vol MH370. Les autorités malaisiennes veulent-elles classer, rapidement, ce dossier ?

Si tel est le cas, pour quelles raisons ?

 

Les autorités malaisiennes ont-elles quelque chose à se reprocher dans la disparition, le 8 mars dernier, du Boeing 777-200ER assurant le vol entre Kuala Lumpur et Pékin ? La récente confirmation un peu hâtive, voire farfelue, faite par le Premier ministre Najib Razak, selon laquelle l’aéronef aurait terminé sa course dans le sud de l’océan Indien justifie ce genre d’interrogations et ce d’autant qu’en violation flagrante de la réglementation internationale en matière d’aviation civile ,l’aéronef transportait des batteries au lithium.

Déjà lundi, suite à la déclaration de Najib Razak et à l’annonce adressée, par texto, par Malaysia Airlines aux familles des passagers et des membres de l’équipage, les informant de la fin tragique pour l’ensemble des 239 personnes à bord de l’avion, la Maison Blanche avait pris ses distances. « Je n’ai aucune confirmation indépendante de cela », avait notamment déclaré Marie Harf, porte-parole du Département d’État, lors de la conférence de presse régulière.

De son côté, Inmarsat, la firme britannique qui a établi les calculs pour déterminer l’une des trajectoires possibles du Boeing, elle-même, avait prévenu le Bureau d’enquête britannique sur le accidents aériens (AAIB) que les résultats obtenus devaient être vérifiés avant d’être portés à la connaissance du public.

Désinvolture

Interviewé, ce mardi, par LCI, Pierre Gauthier, expert en aviation civile, confirme lui aussi, que la méthode utilisée par la firme anglaise peut comporter une marge d’erreurs non négligeable. « Ils [les spécialistes d’Inmarsat] en sont arrivés à la conclusion que le vol MH370 aurait fort probablement pris la trajectoire sud, mais ils n’en sont pas certains à 100 %. C’est pourquoi j’ai été surpris d’apprendre que le premier ministre malaisien avait fait cette déclaration hier », s’étonne Pierre Gauthier et il n’est pas le seul ; loin s’en faut !

Ce mardi, la Chine dont 154 ressortissants étaient à bord du vol MH370, a exigé de la Malaisie de lui transmettre les données satellites qui lui ont permis de conclure à la perte de l’avion. En fait, les autorités chinoises sont furieuses face à la désinvolture avec laquelle la Malaisie a géré et gère encore ce drame qui endeuille des centaines de familles.

Le même jour, à l’issue du sommet de la Haye sur la sécurité nucléaire, Xi Jinping, le président chinois, a décidé de dépêcher un envoyé spécial en Malaisie en la personne de Zhang Yesui, vice-ministre des Affaires étrangères. « Les derniers développements ont conduit M. Xi à ordonner l’envoi d’un émissaire spécial à Kuala Lumpur afin de consulter les autorités malaisiennes, d’en savoir plus sur la situation et de demander à la partie malaisienne de traiter correctement les divers problèmes liés à l’affaire de la disparition », commente l’agence officielle Xinhua.

Coïncidences troublantes

Que signifie cette volonté affichée par les autorités malaisiennes de vouloir rapidement classer cette affaire ? Y sont-elles impliquées ? Ont-elles mal géré cette crise ? Y a-t-il eu des fautes lourdes qui impliquent la responsabilité de Kuala Lumpur ?

Les recherches de ce mercredi vont déjà nous dire si la déclaration du Premier ministre malaisien repose sur des faits vérifiables et crédibles ou s’il s’agissait simplement d’une manoeuvre visant à liquider ce brûlant dossier.

En tout cas, si responsabilité, il y a eu, elle serait engagée par rapport à des moments précis ; des moments où les autorités de Kuala Lumpur étaient en contact avec l’appareil, directement au sol ou indirectement dans les airs. À ce sujet, sans vouloir tirer de conclusions hâtives, il est fort étonnant qu’un radar militaire ait repéré l’avion au-dessus du territoire malaisien et que le commandement se serait contenté de constater qu’il s’agissait d’un appareil « inconnu » ; en regardant passer le train !

L’autre réaction tout aussi troublante des autorités malaisiennes c’est celle qui a consisté à prendre immédiatement, après la disparition du vol MH370, des mesures plus musclées à l’intérieur de l’aéroport international de Kuala Lumpur et de ses différents points d’accès. L’avion a-t-il été détourné par des terroristes qui ont réussi à tromper la vigilance des policiers malaisiens ? La question mérite d’être posée.

Tags:, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :