À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Hollande inspiré par les pétrodollars

Le président français accuse Damas d’instrumentaliser des groupes terroristes pour éliminer l’opposition modérée. Qu’en est-il réellement ?

Selon une information qui n’a pas été reprise par les média du gotha, en déplacement à Ryad (Arabie Saoudite), François Hollande aurait déclaré que le président syrien Bachar al-Assad ne se bat pas contre les groupes extrémistes islamistes, mais les emploie pour exercer une pression sur l’opposition modérée. C’est exactement ce dont son homologue syrien l’avait accusé, en même temps que le Premier ministre britannique David Cameron –depuis désavoué par son propre parlement-, en mars dernier. Il y a d’ailleurs peu de temps, le quotidien libanais l’Orient-le-Jour rapportait que des officiels dépêchés par Paris, inquiets du retour dans l’Hexagone de djihadistes français s’étaient rapprochés des autorités syriennes, mais avaient essuyé une fin de non-recevoir. À ce propos, la liberté de mouvement dont avaient bénéficié ces extrémistes violents pour sortir du territoire national, peut bien faire l’objet d’une enquête parlementaire, mais… passons !

Volgograd : une douloureuse coïncidence

Revenons aux propos tenus par le président français à Ryad. Ils semblent beaucoup plus s’apparenter à un exercice, peu habile, de la triangulation qu’à l’expression d’une conviction réelle. Et pour cause, on peut aisément leur opposer une autre information publiée, au cours de l’été dernier, par plusieurs média occidentaux dont The Telegraph (du 27 août 2013) à propos d’un entretien, entre le président Vladimir Poutine et le responsable des services secrets saoudiens, le prince Bandar Ben Sultan, autrefois surnommé Bandar Bush par les média américains. Selon des fuites reprises par ces mêmes média, le prince saoudien aurait déclaré à l’adresse du président russe que « l’Arabie Saoudite maintiendrait les groupes terroristes qu’elle contrôle et finance, à distance des jeux olympique d’hiver de Sotchi ».

En clair, l’endroit où se trouvait le président Hollande pour s’offusquer du « terrorisme instrumentalisé par le président Assad » -quel désordre !- était le moins approprié. Ce qui ajoute de la douleur et de la tristesse à cette sortie du président français, c’est que quelques instants après sa déclaration au moins 16 citoyens russes, innocents, sans compter les blessés et les personnes traumatisées à vie, ont été victime d’un lâche attentat terroriste en gare de Volgograd.

Mais, après tout, un contrat de trois milliards d’euros en guise de perfusion d’un système à bout de souffle, cela peut donner lieu aux délires les plus extravagants. Reste que ces sommes colossales vont servir à faire entrer de nouvelles armes au Liban, semble-t-il pour faire la paix !

Lien article publié par The Telegraph

http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/energy/oilandgas/10266957/Saudis-offer-Russia-secret-oil-deal-if-it-drops-Syria.html

Tags:, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :