À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Nelson Mandela : Le visage de la dignité humaine s’éclipse

« Etre libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. », c’est ce que disait le chêne de la résistance et la liberté qu’était Nelson Mandela. Le lion de la dignité humaine s’était éteint aujourd’hui à l’âge de 95 ans. Cette « autorité morale universelle » disparaît à un moment où l’humanité en perte totale de repères à tant besoin de guides cette envergure ; un guide qui symbolise la détermination de la résistance dès lors qu’on est convaincu de la justesse d’une cause et le courage de pardonner et de poursuivre ensemble l’aventure humaine.

Mandela reste « Un homme qui a pris l’histoire dans ses mains et fit pencher l’arche de l’univers moral vers la justice (…) Il nous appartient donc, du mieux que nous pouvons, de transmettre l’exemple qu’il a donné en prenant des décisions qui ne sont pas inspirées par la haine, mais par l’amour », disait de lui, cet après-midi, le président américain Barack Obama.

Une personnalité entièrement pétrie en Afrique

La personnalité de Mandela a été entièrement pétrie en Afrique. C’est en Algérie, alors en lutte pour son indépendance, plus précisément au sein de l’Armée de libération nationale (ALN) que Nelson Mandela a eu sa première formation militaire. C’est cette même Algérie qui, en 1974 avait proposé, à la 29è session de l’Assemblée générale des Nations unies et obtenu, l’exclusion de cette instance, du régime d’apartheid sur africain d’alors. C’est d’ailleurs à Alger que Nelson Mandela effectua, en mai 1990, sa première visite officielle après sa libération des geôles du régime sanguinaire de l’époque. Lors de son meeting organisé à cette occasion dans la capitale algérienne, Nelson Mandela n’a pas manqué de dire haut et fort que c’était l’Algérie qui avait fait de lui ce qu’il était devenu.

Sur la liste des terroristes jusqu’en 2008

Malheureusement, malgré sa modération, le lion de la résistance africaine était, jusqu’en 2008 inscrit sur la liste noire des terroristes, établie par certain pays. En 1986, l’ancien vice-président américain Dick Cheney, alors membre du Congress avait voté contre une résolution appelant à reconnaître l’ANC  de Mandela et à la libération de ce dernier de sa détention. Une année plus tard, Margaret Thatcher, à l’époque premier ministre britannique, qualifiait Mandela et l’ANC « d’organisation typiquement terroriste »

Symbole de la résistance anti-apartheid, Mandela s’en va sans assister à la disparition de tous les apartheids.

Nelson Mandela tire sa révérence à un moment où le système ultralibéral en fin de parcours, réussit encore pour sa survie, à recycler, par dizaines, des dirigeants élus, en exécutants de basses besognes.

Dans ces conditions de perversité inédite le monde a tant besoin de Mandela. Mais l’humanité étant capable du bon comme du pire, elle générera, sans nul doute d’autres Mandela, tant le lion de la liberté a réussi à transmettre sa flamme aux générations montantes. L’étendard Mandela ne tombera pas.

Tags:,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :