À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Téléphonie mobile. Verizon s’attire la foudre du syndicat canadien des communications

Verizon subit le contrecoup de l’affaire Snowden (photo Dahmane Soudani)

Verizon subit le contrecoup de l’affaire Snowden (photo Dahmane Soudani)

Verizon, le géant américain de la téléphonie mobile pourrait investir le marché canadien en s’emparant de Wind Mobile. Ballon d’essai ou projet en voie de concrétisation, comme un leitmotiv, l’information est régulièrement reprise par la presse canadienne. Ce phénomène de redondance a fini par éveiller la curiosité, puis la méfiance du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) qui n’a pas tardé à faire le lien avec l’affaire Snowden, l’ex-analyste de la NSA aujourd’hui réfugié en Russie.

Dans le sillage de cette affaire qui a fini par empoisonner les relations américano-russes –au point de déboucher sur l’annulation de la visite de Barak Obama à Moscou, initialement prévue pour septembre prochain-, le 7 juin dernier, Washington avait admis que Verizon, comme d’autres opérateurs d’ailleurs, était tenu de livrer à l’Agence nationale de sécurité (NSA) des informations sur les appels téléphoniques, en vertu d’une ordonnance judiciaire secrète du Foreign Intelligence Surveillance Court. Les autorités américaines ont, en même temps, précisé que ce n’était pas tant le contenu des informations qui était en jeu, mais plutôt la localisation spatio-temporelle des communications.

Pour autant, ces précisions ne semblent pas avoir tempéré l’opposition du SCEP qui parle « d’alerte rouge » en s’appuyant, par ailleurs, sur un rapport de Sécurité publique Canada (SPC), rédigé 25 février 2011, lors de l’annonce de l’ouverture du secteur des télécommunications à la concurrence étrangère, évoquant « un risque considérable à la sécurité du public et à la sécurité nationale », en l’absence « de mesures d’atténuation ». Et le syndicat de livrer des accusations d’une exceptionnelle gravité sur les pratiques développées par Verizon.

Wind Mobile est également implanté en Grèce et en Italie ; ce qui, compte tenu de la position de l’Union européenne, sur le programme de surveillance PRISM, dévoilé par Edward Snowden en juin dernier, pourrait compliquer encore plus le projet supposé ou réel de Verizon. Du côté de l’opérateur américain, pour l’heure, c’est silence radio !

 

Tags:, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :