À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Biden traite Trump de « chiot de Poutine »

Le premier débat entre les deux finalistes de la présidentielle américaine du 3 novembre prochain a laissé un arrière-goût amer et soulève la question de l’utilité des deux autres rounds.

« Vous mentez », « le pire président de l’histoire des États-Unis », « raciste », « totalement irresponsable à propos du port du masque et de la distanciation sociale », « La réalité, c’est que tout ce qu’il est en train de dire jusqu’à présent, ce sont simplement des mensonges », « Tout le monde sait que c’est est un menteur », « difficile de dire un seul mot avec ce clown », « fermez-la, monsieur »… et pour finir « C’est le chiot de poutine », lors du premier débat, de ce mardi, dans un élan pour le moins trivial, Joe Baden, le candidat démocrate à la présidentielle américaine de novembre prochain, ne trouve pas d’expressions et de mots assez durs pour tancer son adversaire, le président Donald Trump.

Regard déformant sur les interruptions

Dans leurs réactions immédiates, la plupart des média américains n’ont retenu que le nombre de fois où le président sortant interrompit Joe Biden ; ce qui a pour finalité d’atténuer l’agressivité du challenger en la faisant passer au second plan. Pas mal la manip ! Mais en réalité, lorsqu’on reprend le film des échanges, il n’y a pas une trop grande différence entre les réactions intempestives des deux candidats (47 contre 55). Mais la fréquence de celles de Donald Trump a été grossie par le modérateur, Chris Wallace, journaliste à Fox News, qui les relevait quasi-systématiquement. 

Les échanges devaient s’articuler autour de six points à savoir : le bilan des candidats, la cour suprême, la COVID-19, l’économie, le racisme et la violence dans les villes américaines et la validité de l’élection. Mais, quelques jours avant ce pugilat -c’est le moins qu’on puisse dire-, The New York Times a mis la main sur les données fiscales de Donald Trump, sur plusieurs années. Ces états montrent une quasi-exonération en 2016, année de son élection et en 2017, pour arriver à la conclusion selon laquelle l’optimisation fiscale réalisée sur les anciennes activités du locataire de la Maison-Blanche était légale, mais controversée. 

Des rebonds sélectifs

Chris Wallace a estimé que ce non-évènement était important au point de l’ajouter au menu du débat. En revanche, lorsque Donald Trump a interpelé, à plusieurs reprises, Joe Biden sur le versement de 3,5 millions de dollars par la ville de Moscou à son fils. Le modérateur a fait la sourde oreilles fermant ainsi les portes à toute forme de rebond. De son côté, Joe Biden s’est contenté de dire que ce n’était pas vrai et qu’il refusait d’impliquer les familles dans le débat. 

Autre élément révélateur de l’absence de d’impartialité, au cours du débat, il y a eu un moment de flottement et les deux candidats se sont mis à parler en même temps. Chris Wallas se tourne alors vers Joe Biden et le questionne : alors discussion ouverte ? Biden consent et le modérateur s’y plie. 

À propos des groupes d’extrême, il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour constater que certains d’entre eux font partie de la base électorale du président sortant. Mais, demander au candidat républicain de se confesser en public, à quelques semaines des élections, n’est sans doute pas la bonne manière d’obtenir leur condamnation.

Ces petites pirouettes ont généré un climat malsain et altéré la qualité du débat. Après avoir perdu plus d’une heure et demi, les millions de téléspectateurs n’étaient pas plus informés sur les programmes des candidats et ce qu’ils entendent faire des États-Unis et des Américains. De ce combat de rue inutile, la démocratie et la presse en sortent sérieusement écornés.

Quant à tout cela, on ajoute les quelques difficultés d’élocution de Joe Biden et la pointe contreproductive et inutile qu’il a lancé à Bernie Sanders – « J’ai battu Bernie Sanders », claironne-t-il-, on ne peut que constater un mauvais départ du candidat démocrate.

D. S.

Tags:, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :