À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA/Primaires parti démocrate. Kamala Harris : IVG, « C’est aux femmes de décider ce qu’elles doivent faire de leur propre corps »

Les récentes lois restrictives de certains États du centre et du sud du pays remettent au centre des débats les questions sociétales.

Lors du débat de mardi dernier, entre les candidats démocrates à la présidentielle de 2020, qui s’est déroulé dans le campus de l’université d’Otterbein (Westerville, Ohio), Kamala Harris, la sénatrice de Californie, a fait sensation en prenant à contre-pied les autres prétendants à la magistrature suprême sur les questions de l’interruption volontaire de la grossesse (IVG) et la santé de femme.

Kamala Harris déclare, Cory Booker approuve (photo d’écran DS)

« C’est le sixième débat que nous avons et il n’y a pratiquement pas eu un seul mot, lors de toutes les interventions relatives à la santé, sur le droit des femmes à l’IVG -je préfère l’expression « santé procréative » utilisée par la sénatrice et qui englobe, également la santé de la mère- ; un droit objet d’attaques généralisées dans l’Amérique d’aujourd’hui. Et c’est outrageant ! » s’insurge l’élue de Californie.

« Il y a des États qui ont adopté des lois qui empêcheront littéralement les femmes d’avoir accès aux soins en matière de maternité. Et il n’est pas exagéré de dire que des femmes vont mourir, des femmes pauvres, des femmes de couleurs vont mourir, car aujourd’hui, ces assemblées législatives tenues par les républicaines, dans différents États, sans contact aucun avec la réalité des États-Unis, dictent aux femmes ce qu’elles doivent faire de leur propre corps. Les femmes représentent la majorité dans ce pays. Les gens doivent garder leurs mains à l’écart du corps des femmes et les laisser prendre leurs décisions en ce qui concerne leur propre vie. Il faut qu’on parle de cela. Ceci est une question de santé cruciale dans l’Amérique d’aujourd’hui. », poursuit Kamala Harris.

Traitement médiatique troublant

Lors des discussions qui ont suivi son intervention fortement ovationnée, la sénatrice de Californie a précisé : « Les femmes ont été investies de la responsabilité de perpétuer l’espèce humaine (…) Nos corps ont été créés pour faire cela, mais ceci ne donne à aucune autre personne le droit de dire à une femme quoi faire avec ce corps. C’est son corps. C’est son droit. C’est sa décision ! « 

Face à la pertinence des propos, son collègue Cory Booker, sénateur du New Jersey ne put que s’incliner : Dieu bénisseKamala ! », s’exclame-t-il.

Rappelons qu’en moins d’une année, les État de l’Ohio, Géorgie, Kentucky, Louisiane, Missouri et du Mississippi ont adopté des lois interdisant l’avortement après six à huit semaines de grossesse.

Si, en abordant cette question, Kamala Harris a été, on ne peut plus claire, il est pour le moins curieux que certains média aient réduit le contenu de ses propos à l’avortement en général. Par ailleurs, en reprenant la partie de l’intervention de la sénatrice sur les risques auxquels les lois restrictives de certains États exposent les femmes, plusieurs journaux dont The New York ont supprimé la référence aux femmes pauvres et de couleur (reprise plus haut). Peut-être une façon habile de gommer le social, même quand il est en annexe du sociétal. Lors du débat, Joe Biden avait déjà sonné la charge en soutenant mordicus que l’accès universel aux soins, cher à Elizabeth Warren et à Bernie Sanders sera exclusivement supporté par le trésor public.

D. S.

Tags:, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :