À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

France/Les voies d’accès au pouvoir. Le plus grand empire de l’Occident

Issu de la haute administration royale (maire du palais), Pépin le Bref s’est donc autoproclamé roi des Francs en 751 et pour assurer l’héritage présomptif, son sacre fut organisé en même temps que celui de ses deux fils, Charlemagne et Carloman, en 754 (onction d’Étienne II).

Charlemagne (742-814) a eu la chance inouie de pouvoir réunir les royaumes francs, suite à la mort précoce de Carloman (751-771). Ils ont beaucoup de chance ces souverains : il y a toujours quelque chose de bon qui leur arrive au bon moment. C’est à croire qu’ils ont le don de manipuler le hasard… bref on n’a pas de sang bleu qui coule dans nos veines, on ne peut pas savoir. Au temps pour nous ! Plus de dix siècles plus tard, s’exprimant à travers l’un des personnages clés, Vautrin pour ne pas le nommer, de son roman, Le Père Goriot, Balzac professait : « Le secret des grandes fortunes sans cause apparente est un crime oublié, parce qu’il a été proprement fait » (3). « Citation décontextualisée », diriez-vous. Soit ! Mais les raisons qui justifient et qui animent ce genre d’agissements sont toujours les mêmes.

Qu’importe, Charles 1er le Grand (Charlemagne) fonda un empire qui va de l’Atlantique à l’Oder et Tisza (affluent du Danube) en Europe centrale et le jour de Noël 800, il est couronné, par le pape Léon III (705-816), empereur de l’Occident à la tête du plus vaste ensemble que l’occident ait fondé depuis l’empire romain. Conscient des exigences de gestion de ce gigantesque ensemble, l’empereur va généraliser les écoles –il ne les a pas inventées- et installer des représentants de la famille royale, un peu partout en Europe.

Le français dans les actes

En 817 alors que l’empire légué par Charlemagne était encore unifié son fils, Louis le Pieux, associe, au pouvoir, son propre fils ainé, Lothaire. Les deux autres enfants Charles le Chauve et Louis le Germanique se révoltent contre leur frère Lothaire et leur propre père qui décède en 840.

Le 14 février 842, après avoir défait leur frère lors de la bataille de Fontenoy-en-Puisaye (juin 841), Charles et Louis scellent le Serment de Strasbourg. Le contenu de cette entente est prononcé en vieil allemand par Louis le Germanique et les soldats de Charles le Chauve et en vieux français par Charles le Chauve et les soldats de Louis le Germanique. À ce sujet, l’Académie française édite : « La langue française est une langue indo-européenne, comme l’allemand, l’anglais ou le russe. Mais c’est une langue romane, issue du latin, comme l’italien, l’espagnol, etc., tandis que l’allemand et l’anglais appartiennent au groupe des langues germaniques (plus précisément, au germanique occidental), bien que l’anglais doive une bonne part de son vocabulaire au français.

Le serment de Strasbourg (842) marque la fin des luttes entre les petits-fils de Charlemagne. Après avoir vaincu Lothaire, Charles le Chauve et Louis le Germanique se rencontrent à Strasbourg afin de confirmer leur alliance, devant leurs troupes, par ce serment. Charles et les soldats de Louis le prononcent en langue tudesque (qui est déjà de l’allemand) ; Louis et les soldats de Charles le prononcent en langue romane (qui est déjà du français). Les formules de ce serment, consignées par l’historien Nithard, constituent donc les plus anciens textes qui nous soient parvenus en langue française et en langue allemande ».

Dans la lignée de l’Arverne Grégoire de Tours (né en 538 ou 539 et mort en 594), Nithard (795-844) est un historien franc. Il est le fils de Bertha, la fille de Charlemagne et d’Angilbert, secrétaire de celui-ci.

En août 843, Lothaire est réintégré dans le jeu, par le traité (oral) de Verdun, mais ses deux frères lui imposent le partage –en fonction de critères linguistiques- de l’empire de Charlemagne, leur grand-père. Par cet accord, la Francie occidentale revient à Charles le Chauve, la Francie médiane à Lothaire avec le titre honorifique d’empereur. Quant à Louis le Germanique, il obtiendra la Francie orientale, à l’est du Rhin ou Germanie.

Dahmane SOUDANI

Prochain article: Les Robertiens pointent du nez

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :