À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Obama s’en prend vigoureusement au système pénal américain

« Dans de trop nombreux cas, notre système pénale est devenu un pipeline entre des écoles sous-financées et inappropriées et des prisons surpeuplées » déclarait, hier, le président Barack Obama à l’occasion de la 16e convention de l’Association nationale pour la promotion des personnes de couleur (NAACP) qui se tient à Philadelphie en Pennsylvanie.

C’est un discours qui va sans doute faire date. Comme aucun autre président américain avant lui, Barack Obama, désormais en fin de mandat, s’en est pris frontalement au système pénal de son pays qu’il qualifie de « pas intelligent » en l’accusant de faire de «  l’incarcérations de masse » « Par le fait même de la plupart des meures prises, dans la vie, les chances pour les jeunes noirs et hispaniques sont très réduites, comparées à celles de leurs concitoyens blancs. Nos enfants, les enfants de l’Amérique, sont souvent isolés, sans espoir, et ont moins de chances d’obtenir un diplôme d’études secondaires, moins de chances d’obtenir un diplôme universitaire, moins de chances d’être employés, moins de chances d’avoir une assurance santé, moins de chances d’avoir une maison… En partie, c’est l’héritage de centaines d’années d’esclavage et de ségrégation et des inégalités structurelles. Cela ne s’est pas produit par accident. C’est en partie le résultat de la constance, parfois subtile, du sectarisme (…) Nous ne pouvons donc manifester aucune satisfaction jusqu’à ce que l’écart entre les chances offertes à tous ne soit totalement réduit », plaide Barack Obama avant d’administrer une volée de bois vert au système pénal américain « particulièrement biaisé par les considérations raciales et la richesse ».

Taux d’incarcération 4 fois plus élevé que celui de la Chine

« Les États-Unis sont le foyer de 5% pour cent de la population mondiale, mais de 25% de la population carcérale du monde (…) Notre taux d’incarcération est quatre fois plus élevé que celui de la Chine. Nous avons plus de personnes derrière les barreaux que les 35 premiers pays européens réunis. Ça n’a pas toujours été le cas (…) En 1980, il y avait 500 000 personnes derrière les barreaux aux USA (…) aujourd’hui, il y a 2.2 millions. Ça a été multiplié par 4 depuis 1980. Notre population carcérale a doublé au cours des deux dernières décennies », constate Barack Obama.

Un budget carcéral de 80 milliards de dollars

Le maintient de tout ce beau monde en détention coûte aux contribuables américains la bagatelle de 80 milliards de dollars sans pour autant apporter de solutions à la sécurité des bien et des personnes. Le locataire de la Maison-Blanche plaide pour la dépénalisation la délinquance toxicomane non violente en considérant que chaque dollar perdu pour la détention d’un délinquant toxicomane non violent est un dollar perdu pour rien. « Chaque année nous dépensons 80 milliards de dollars pour garder les gens en prison.

« Pour 80 milliards de dollars, nous pouvons instituer un système préscolaire universel pour les 3 et 4 ans (…). Avec 80 milliards, nous pouvons doubler le salaire de tous les enseignants des lycées (…) Pour l’équivalent de ce que nous dépensons en une année pour l’incarcération, nous pouvons supprimer les frais scolaires dans toutes les universités publiques des Etats-Unis », s’insurge le président des États-Unis

Mais selon l’orateur, les conséquences ne peuvent pas uniquement être appréciées « en dollars et en cents ». Et le président Obama de s’interroger au préalable : « qui se trouve en détention ? ».

« Les «statistiques montrent que par une marge large, elle impacte de façon disproportionnée les communautés de couleur. Afro-Américains et les hispanique représentent 30% de notre population; ils représentent 60 pour cent de nos détenus. Environ, en ce moment, 1 Afro-américain sur 35 et un hispanique sur 88 purgent une peine d’emprisonnement. Parmi les hommes blancs, ce nombre est celui de un sur 214.

Sur le fond, dans de trop nombreux endroits, dans de trop nombreux endroits, les enfants et les hommes noirs, les enfants et les hommes latino-américains, vivent des expériences où ils sont traités différemment par la loi » déplore le président américain.

Un homme noir sur 35 se trouve en prison

Mais selon l’orateur, les conséquences ne peuvent pas uniquement être appréciées « en dollars et en cents ». Et le président Obama de s’interroger au préalable : « qui se trouve en détention ? »

« Les statistiques montrent que par une la marge, elle (l’incarcération. NDLR) impacte de façon disproportionnée les communautés de couleur. Les Afro-américains et les Hispanique représentent 30% de notre population; ils représentent 60% de nos détenus. En ce moment, 1 Afro-américain sur 35 et un Hispanique sur 88 purgent une peine d’emprisonnement. Parmi les hommes blancs, ce nombre est de 1 sur 214.

Sur le fond, dans de trop nombreux endroits, les enfants et les hommes noirs et les enfants et les hommes latino-américains, vivent des expériences où ils sont traités différemment par la loi » déplore le président américain.

Un million de papas sous les verrous

« Des recherches montrent que les personnes de couleurs sont plus souvent interpelées, mises sous pression, interrogées, chargées, et détenues. Les Afro-américains sont plus souvent arrêtés ; Ils sont détenus plus longuement pour le même délit. Conséquences de tout cela, près d’un million de pères sont derrière les barreaux ; un enfant afro-américain sur 9 a ses parents en prison. Quel effet sur notre communauté ? Quel effet sur les enfants ? Notre nation est privée d’hommes et de femmes qui pourraient être des travailleurs et des contribuables, qui pourraient être plus activement impliqués dans la vie de leurs enfants, qui pourraient être des modèles, qui pourraient être des leaders communautaires, et qui, en ce moment, sont enfermés pour des infractions non violentes.

Une note d’espoir tout de même, sur la base d’expériences menées dans certains États et de récentes mesures fédérales des républicains et démocrates membres du congrès ont inscrit à leurs agendas la réforme du système pénal avant la fin de l’année 2015.

De son côté, demain, jeudi, Barack Obama sera le premier président américain à visiter une prison fédérale.

Dahmane Soudani

Plus d’infos

Écouter le discours de Barack Obama : https://www.youtube.com/watch?v=UBkFE3sErE8

Tags:, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :