À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Industrie ferroviaire. Le nouveau géant chinois veut pénétrer le marché nord-américain.

La Chine crée le premier groupe mondial d’industrie ferroviaire et veut s’offrir la division train du Canadien Bombardier.

 Le 5 mars dernier, la fusion des constructeurs chinois de trains à grande vitesse, China North Railways Corp. Ltd (CNR) et

Bombardier ne pourra pas résister trop longtemps à l’assaut du géant chinois (photo Dahmane Soudani)

Bombardier ne pourra pas résister trop longtemps à l’assaut du géant chinois (photo Dahmane Soudani)

China South Railways Corp. Ltd (CSR) a été approuvée par Pékin ; une procédure instruite par la puissante Commission de contrôle et d’administration des biens publics du Conseil des affaires d’État de la Chine, à l’issue de rigoureux examens de passage antitrust dans un certains nombre de pays. À près de 50 milliards de dollars d’actifs, le groupe issu de cette fusion qui deviendra effective au cours du deuxième trimestre 2015, sera leader mondial devant l’Allemand Siemens, le Français Alstom et le Japonais Hitachi. Dans cette perspective, CNR et CSR ont annoncé, mardi dernier, la suspension des opérations boursières dès le 7 mai prochain et ce, jusqu’à la reconversion de tous les actifs. Non seulement cette reconversion est conduite au pas de charge, mais les deux constructeurs chinois se lancent déjà dans des projets d’acquisition ; option privilégiée par les constructeurs ferroviaires pour leur expansion.

Une transaction de 5 milliards de dollars

La division ferroviaire du Canadien Bombardier est dans la ligne de mire du groupe chinois en devenir. Confronté à un problème de trésorerie, en raison des retards accumulés pour la sortie de ses nouveaux avions de lignes régionales CS100 -110 places- et CS300 -135 places- et des reports de livraison de l’avion d’affaires Learjet 85, Bombardier accumule les pertes et a un besoin urgent de ressources. En janvier dernier, sa branche aéronautique – 38 350 salariés dont 22 000 au Canada- a annoncé un plan social de 1 000 emplois en 2015. Ces licenciements affecteront, principalement, des sites de Querétaro au Mexique et de Wichita –Kansas- aux USA.

La division ferroviaire du géant montréalais génère un revenu de plus de 9,5 milliards de dollars par an, mais sa vente devra lui rapporter 5 milliards de dollars en argent frais.

S’il venait à cette transaction de se réaliser, cela voudrait dire que Bombardier va recentrer son activité sur la branche aéronautique où il disposerait d’importantes ressources en matière de recherche et de conception.

De son côté, le futur groupe chinois à la recherche d’une plateforme pour exporter sa technologie, ferait une entrée spectaculaire dans le marché nord-américain et réaliserait un positionnement intéressant dans futur marché transatlantique.

Patriotisme économique oblige, l’approche des législatives au Québec, prévues pour octobre prochain, pourrait perturber cette transaction, mais les perspectives sont trop alléchantes pour chacune des deux parties pour être sacrifiées sur l’autel des agendas électoraux.

Dahmane Soudani

Tags:, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :