À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Géostratégie. La Russie se prépare au pire

En cas de menaces à sa sécurité, Moscou n’exclut pas d’utiliser l’espace extra-atmosphérique pour mener des frappes.

 La crise ukrainienne, ses origines réelles, son développement et la manière dont elle est traitée représentent, à présent, une sérieuse menace pour la sécurité internationale. Alors que désormais il n’y a plus aucune garantie de succès pour les prochaines conférences d’examen du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Beaucoup d’experts estiment que la Russie et les USA pourraient bien remettre en cause les principaux accords de contrôles mutuels des armes de destruction massive en particulier START-3 (traité de réduction des armes stratégiques) et FNI (traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire).

Pire encore, il est clairement établi, à présent, que les pays occidentaux développent de nouveaux système PGS (Prompt Global Strike ou frappes planétaires rapides) dont l’objectif est de neutraliser par des frappes conventionnelles les forces stratégiques nucléaires d’un pays considéré comme ennemi. Quelle que soit leur localisation, les missiles, de type hypersoniques, PGS, actuellement en cours de test, pourront atteindre n’importe quel point de la Terre en une heure voire moins.

Terrifiant

Cette information prise très au sérieux par la Russie dont le président vient, selon les média moscovites de rassurer la direction du Service fédéral de sécurité (FSB) que son pays apportera une « réponse adéquate » et ce qui se prépare est simplement terrifiant. « On conçoit des systèmes foncièrement nouveaux permettant d’effectuer une frappe planétaire rapide et de mener des opérations planétaires dans l’espace extra-atmosphérique », détaille Vladimir Poutine. Et le président russe d’afficher une grande détermination en soutenant : « Il est tout à fait clair que personne n’a jusqu’à présent réussi et ne réussira à intimider ou à faire pression sur note pays (…). Ce n’est pas parce que nous accepterons de céder, de nous plier ou de flirter avec quelqu’un qu’elle (NDLR la situation dans le monde et pour la Russie) évoluera vers le mieux. Elle n’évoluera vers le mieux que si nous devenons plus forts ».

La confrontation prend des tournures très sérieuses. L’enjeu ne concerne plus que les républiques russophones autoproclamées de l’est de l’Ukraine et Kiev, mais désormais, il implique directement la Russie et l’Occident. On est revenu aux véritables enjeux, ceux des ambitions géostratégiques, mais les risques sont nettement plus dangereux et la facture plus salée.

Dahmane Soudani

Tags:, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :