À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. L’histoire de Ferguson se répète à New York

L’histoire se répète ou plus exactement, elle avait déjà été partiellement écrite à New York avant Ferguson dans le Missouri où le jeune afro-américain Michael Brown est tombé, le 9 août dernier, sous les balles d’un policier blanc.

 

À New York la police est sur les dents (photo Dahmane Soudani)

À New York la police est sur les dents (photo Dahmane Soudani)

Le 17 juillet dernier à Staten Island, au sud de Manhattan (New York) Eric Garner (43 ans), également de couleur et père de 6 enfants vendait des cigarettes à la sauvette lorsqu’il avait été abordé par des policiers dont certains en civil. Une discussion s’en est suivie, lorsque, soudain, Daniel Pantaleo, l’un des agents décide d’exécuter sur Éric Garner qui était asthmatique, une prise d’étranglement. Ses collègues l’aide à mettre à terre le vendeur. Violemment étreint, ce dernier répète à plusieurs reprises « Je ne peux pas respirer ». Mais rien n’y fait, les fonctionnaires maintiennent la pression jusqu’à ce que le pauvre malheureux rende l’âme.

Contrairement à Ferguson, la scène de Staten Island a été filmée et la vidéo est toujours en ligne sur Youtube. Mais comme à Ferguson (cette fois-ci, l’histoire se répète), le Grand Jury de Staten Island a décidé, ce mercredi, de ne retenir aucune charge contre Daniel Pantaleo ; ce qui a jeté l’émoi sur New York et ses environs.

Marche sur Washington

Devant les jurés, NYPD, la police de New York, a soutenu qu’ Eric Garner a opposé une résistance à son interpellation. Difficile d’imaginer une personne qui ne peut pas respirer opposer une quelconque résistance.

Peu avant l’annonce de la décision du jury, la police de New York a équipé ses agents de caméras de corps. Ce qui n’a pas empêché 200 personnes de se rassembler à Times Square. Quelque dizaines d’autres ont convergé vers Grand Central –la gare centrale de New York- où il se sont allongés à même le sol à en scandant : « Je ne peux pas respirer ».

Devant le tribunal, un groupe de manifestants a dit haut et fort sa désapprobation, dès l’annonce de la décision du jury. Reuters rapporte qu’un banquier de couleur a laissé échapper sa colère en criant : « La vie d’un homme noir n’a juste pas d’importance dans ce pays ».

Une enquête fédérale va tenter de faire la lumière sur ce deuxième drame, mais le vase a peut-être, déjà débordé. Trop, c’est trop, le militant new yorkais pour les droits civiques Al Sharpton demande une marche fédérale sur Washington.

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :