À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Nicolas Sarkozy et à la presse

Pour son retour sur la scène politique, Nicolas Sarkozy va sans doute aguicher la presse. Certains des scribes agenouillés ne se feront sans doute pas prier. Mais d’autres journalistes ne manqueront pas de se rappeler de certaines escapades, du genre plutôt douteux, de l’ancien président français dans le milieu médiatique. Parmi les interférences les plus controversées, en voici quelques unes.

 

  • 2006 Alain Genestar, directeur de la rédaction de Paris-Match, depuis 1999, est mis à l’écart, suite à la publication dans l’édition du 25 août 2005, d’une photo, prise à New York, de Cécilia Sarkozy, épouse de Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur, avec son nouveau compagnon, le publicitaire Richard Attias.
  • 10 juillet 2008. Patrick Poivre d’Arvor (PPDA), présentateur vedette du journal de 20h sur TF1 est licencié. Quelques temps auparavant, dans une interview qui s’était déroulée à l’Élysée, il avait traité Nicolas Sarkozy de « petit garçon ». Dans Seules les traces font rêver (Robert Laffont 2013), PPDA explique que l’élection de Nicolas Sarkozy sonnait le glas de sa carrière. Il estime que le nouveau président de la République lui reprochait son indépendance. La décision de son licenciement a été prise en haut lieu, par Martin Bouygues lui-même.
  • Dans son livre Une femme au coeur du pouvoir d’Etat Éditions Plon Mars 2013, Michelle Alliot-Marie, également membre de l’UMP et ex-ministre de la Défense, écrivait : « Avant son élection en 2007, je voyais toujours Nicolas Sarkozy arriver entouré d’une nuée de caméras. Certaines portaient les sigles de TF1, France 2, etc., mais d’autres étaient sans marque. Ces caméras, placées par le cabinet même de Nicolas Sarkozy, étaient destinées à véhiculer une image de futur président qui monopolise l’intérêt des médias »
  • En 2009, Nicolas Sarkozy avait fait voter une loi donnant le pouvoir au gouvernement de nommer les patrons des media audiovisuels publics ; un texte remplacé en octobre 2013 par une autre loi qui remet cette prérogative au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)
  • Dans « Blessures », son livre sorti en septembre 2014, le journaliste Paul Amar révèle qu’au début des années 1990, un pacte avait était conclu, entre Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget et Jean-Pierre Elkabbach, selon lequel ce dernier obtiendrait le poste de président de France télévision en échange d’un traitement de faveur d’Édouard Balladur -soutenu par Nicolas Sarkozy- en vue de son élection à la présidence de la République. Jean-Pierre Elkabbache a obtenu le poste convoité en 1993, soit deux ans avant la présidentielle objet de ce marchandage.

Tags:, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :