À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Gaza. Les dessous d’une tuerie

Dans un silence coupable, près de 600 palestiniens ont déjà été froidement et sommairement exécutée sur la base d’arguties fallacieuses.

 

La chaine CNN et sa correspondante Diana Magnay contraintes de présenter leurs excuses. Mais ce n’était quand même pas suffisant. La journaliste a malgré tout été mutée à Moscou. Ayman Mohieddine, le correspondant de NBC News a, lui aussi, été évincé et remplacé par Richard Engel.

La presse apprivoisée

La Première pour avoir qualifié dans un twitt, les Israéliens qui applaudissaient les déferlement de missiles sur Gaza de « crasse » ; twitt qu’elle a, également, été obligée de retirer. Ayman Mohieddine a été remercié en raison de commentaires postés sur les « réseaux sociaux » et supposés être, anti-israéliens ; commentaires qui ont eux aussi été retirés. Et ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres, de journalistes contraints de faire leur mea-culpa, véritables abjurations, au mépris de leur conscience. C’est à croire que bientôt, il va falloir créer un syndicat de journalistes pour pouvoir évoquer librement des faits qui sont à porter à l’actif d’Israël et des agissements de son complexe militaro-industriel.

Pourtant, s’agissant des « tensions » entre Israéliens et Palestiniens, ce ne sont pas les exemples de travestissements récurrents de la réalité qui manquent. Loin s’en faut ! La résistance palestinienne dans sa globalité est systématiquement associée, par la presse occidentale inféodée, au terrorisme, mais le caractère confessionnel de l’État d’Israël est gommé voire glorifié.

Tuerie à sens unique

Pendant ce temps, en dehors des formules incantatoires, la presse arabe ne fait aucun effort sémantique crédible pour évoquer le drame sans précédent que vit le peuple palestinien. Pire encore dans les moments de tensions et d’enjeux extrêmes mettant en jeux la question palestinienne certains média –maghrébins en particulier-, parmi les plus influents cèdent, de façon troublante, leurs lignes éditoriales à des agences occidentales. Et la recette rédactionnelle est bien huilée. Faire du déluge de feu qui s’abat sur Gaza, une imitation de jeu vidéo et dramatiser le moindre pétard mouillé qui survole Israël, telle est l’un des angles d’attaque de l’establishment médiatico-financier mondial. Violences, affrontement, confrontation conflit…, tout le répertoire lénifiant est convoqué pour mettre sur le même pied d’égalité les moyens de la résistance palestinienne à Gaza et ceux du complexe militaro-industriel israélien.

À chacune de ses sanglantes incursions à Gaza, l’armée israélienne revient avec le trophée macabre de centaines, voire de milliers de palestiniens assassinés. Des bilans sanglants qui ne relèvent ni de « la violence » ni de « l’affrontement » mais d’une tuerie à sens unique.

 

L’inconditionnalité de certains États occidentaux : un feu vert pour tuer

La mort d’une personnes, quelle soit palestinienne ou israélienne, est toujours un moment tragique, mais force est de souligner qu’un Israélien tué est médiatisé –avec gros plan sur les larmes à l’appui- autant, voire plus que 700 palestiniens fauchés par des obus avec fléchettes, meurtriers de l’armée israélienne.

Ce traitement médiatique adossé à l’inconditionnalité de certains états occidentaux dont des personnalités politiques de premier plan ont, publiquement, prêté allégeance à Israël, en dépit des responsabilités qu’ils exercent dans leur pays réciproques, encourage, on ne peut plus les Israéliens dans leur forfaiture à l’endroit du peuple palestinien. Ils flirtent au quotidien avec l’apologie du crime.

Pour autant, les Israéliens et les pays occidentaux ne sont pas les seuls responsables de la tragédie du peuple palestinien.

La complicité coupable des régimes arabes

À défaut d’être directement responsables certains pouvoirs arabes font preuve d’une complicité coupable. Les dirigeants de ces pays sont constamment empêtrés dans des histoires de commères dans desquelles ils tentent d’impliquer, parfois avec un certain succès, leurs peuples respectifs. Avec le terrorisme, ces psychodrames d’une mesquinerie absolue représentent un excellent fumigène pour estomper leurs agissements criminels ; agissements qui, objectivement, les disqualifient de toute attitude conséquente envers le peuple palestinien. Les sommes colossales que les dirigeants des pays arabes ont illégalement engrangées et placées dans le banques occidentales les musèlent à souhait tant elles ne sont d’aucun secret pour les services des pays qui se réjouissent quasi-ouvertement du génocide du peuple palestinien. Quel est le régime arabe qui, aujourd’hui, rend des comptes sur les recettes tirées des hydrocarbures et ou d’autres matières premières et de leur affectation ? Aucun !

 Avec tout le pétrole qu’ils ont déversé, ces mêmes régimes n’ont réalisé aucun investissement stratégique fiable. Collectivement ou individuellement, ils ne disposent d’aucune force de dissuasion crédible. Dans leur globalité, ils sont, tous, obligés de faire les danseuses du ventre pour s’assurer la protection d’une grande puissance, souvent en faisant des concessions contre les intérêts de leurs propres peuples. Parfois, en offrande à leur protecteur, ils livrent un « pays frère », peuple et territoire compris. « Satrape !», pour reprendre Pablo Neruda. C’est comme cela qu’ils ont rendu les pays arabe aisément « bombardables ». Au point où on en est aujourd’hui, bombarder un pays arabe relève d’un simple fait-divers et les milliers de victimes pour de simples « dégâts collatéraux ». Or plus que l’acte lui-même, c’est le précédent qui est dangereux.

Avec l’injustice que subit le peuple palestinien, les agissements des dirigeants arabes représentent la matrice nourricière du fanatisme et du terrorisme. Lorsque les conditions d’une opposition réelle ne sont pas réunies, celle-ci développe des excroissances extrêmes.

 

Tags:, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :