À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Espionite sur la toile. Ottawa épinglée

Une surveillance à grande échelle des correspondances électroniques des Canadiens vient d’être dévoilée par la commissaire à la vie privée.

Chantal Barnier, la commissaire canadienne par intérim à la Protection de la vie privée déclare détenir les « preuves que des institutions gouvernementales collectent des renseignements personnels par l’entremise de média sociaux, sans tenir compte de leur exactitude, de leur fiabilité et de leur imputabilité ». Cette conviction, dévoilée aujourd’hui par la presse canadienne, a été signifiée par Madame la commissaire, au mois de février dernier, à Tony Clement, président du Conseil du trésor. Non seulement le gouvernement conservateur de Stephen Harper recueille des informations auprès des opérateurs, mais collecte, également, directement des millions de données personnelles sur le réseau sociaux.

Mais cette espionite d’un autre âge, outre le fait qu’elle porte abusivement atteinte à la vie privée, brille surtout par la médiocrité sibylline du procédé. « Si les informations collectées à partir de ces sites doivent être utilisées pour prendre des décisions administratives sur des individus, il incombe aux institutions fédérales de veiller à leurs exactitudes », plaide Chantal Barnier.

J’espionne donc je communique

 

Ce jeudi, à la Chambre des communes, Megan Leslie, député néo-démocrate, lui emboîte le pas. «Le gouvernement a abandonné le formulaire long du recensement, parce qu’il était trop intrusif, mais n’a pas de problèmes avec le fait que des entreprises privées empiètent sur la vie privée de millions de Canadiens », lance-t-elle à l’adresse de Tony Clement.

La réponse du président du Conseil du trésor est, on ne peut plus surréaliste. Il a estimé, que ce voyeurisme n’est ni plus, ni moins qu’une nouvelle façon, pour le Gouvernement, de communiquer avec les citoyens. Droit dans ses bottes, Tony Clement ajoute « Que ce soit dans une lettre ou une pétition ou écrit sur la rue, le gouvernement veut toujours écouter les Canadiens qui veulent se faire entendre » avant d’être contraint d’utiliser les mots appropriés à la réalité des faits « Nous sommes toujours prêts à coopérer avec le commissariat à la protection de la vie privée pour nous assurer que notre surveillance et nos lois sont modernes ? »

Cette affaire tombe au plus mal pour l’exécutif Harper. Déplorant la dégradation sans précédent des conditions de travail, les syndicats jurent qu’ils vont tout faire pour le chasser.

 

Tags:, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :