À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

L’émir du Qatar à Alger. Un hôte encombrant

En pleine campagne électorale en vue de la présidentielle algérienne, l’émir du Qatar et John Kerry se donnent rendez-vous à Alger.

 

L’avenir politique de l’Algérie intéresse-t-il l’émirat trublion du Qatar ? À quinze jours de l’élection présidentielle, en pleine campagne électorale, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, se rendra à Alger, demain mercredi, pour une visite de deux jours, pratiquement au même moment où le secrétaire d’État américain John Kerry foulera, lui aussi, le sol algérien pour un séjour de même durée. Initialement, la visite du souverain Qatari devait succéder à celle du chef de la diplomatie américaine, mais l’APS annoncé, aujourd’hui, que les calendriers de Cheikh Tamim et de John Kerry coïncident.

L’émirat du Qatar est l’un des promoteurs des révolutions à remonter le temps, vendues sous l’emballage du « Printemps arabe ». Ce printemps du genre plutôt crépusculaire s’est traduit par l’affaiblissement des états des pays affectés, voire la disparition de certains d’entre eux et la mise en scène d’une multitude de conflits locaux entre groupes armés manipulés par Ryad d’un côté et le Qatar et la Turquie de l’autre. L’histoire chaotique qui se déroule sous nos yeux montre que le printemps ne se conjugue ni avec le Wahhabisme et al-Qaïda, ni avec les Frères musulmans. Il ne peut être que moderne, démocratique et républicain, c’est-à-dire la négation même des monarchies féodales du Golfe. C’est l’espoir irrépressible de millions de jeunes du monde arabe qui veulent une libération totale de leurs énergies créatrices.

Les fantoches, héritiers des dictateurs

Sur un autre plan, comme par hasard, les promoteurs occidentaux du « Printemps arabe » n’ont pu établir aucun lien avec aucune des forces démocratiques existantes dans les pays arabes. Leurs relais sont essentiellement –pas uniquement- d’anciens dignitaires de régimes dictatoriaux entrée en dissidence parce qu’ils avaient senti le vent tourner ; le profil même du larbin fantoche qui va servir tous les intérêts sauf ceux de son peuple.

Résultat ce printemps d’un goût douteux, la presse algérienne annonce aujourd’hui, qu’une vingtaine de familles tunisiennes en détresse recherchant, un peu de sécurité et de moyens de survie, sont entrées illégalement en Algérie, du côté de Bir El Ater ; un exemple parmi tant d’autres

Bien évidemment les fossoyeurs des États libyen, Égyptien et tunisien vont y voire un plaidoyer pour les dictatures ; ce n’est pas grave, ils ont tellement pris l’habitude de fonctionner avec des œillères qu’ils pensent que tout le monde devrait en avoir. Hélas ce n’est pas le cas ! Le SMIC de l’honnêteté intellectuelle consistait à faire un distinguo inexsuperabilis entre la chute d’un dictateur et le maintien de l’État et sa consolidation. Toute autre option est suspecte. En fait, quelle est la démocratie digne de ce nom qui, aujourd’hui, peut s’en passer d’un état solide et sérieux ?

À ce titre, la visite du souverain qatari, dans ce contexte très particulier, inquiète les Algériens et ils ont des raisons de l’être.

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :