À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Vladimir Poutine signe le traité d’intégration de la Crimée à la Russie

Le président russe promet de réhabiliter les Tatars de Crimée dans leurs droits.

L’accord sur le rattachement de la République de Crimée et de Sébastopol à la Russie a été signé, ce mardi au Kremlin. Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie, Vladimir Konstantinov, président du parlement de Crimée, Sergueï Aksionov, Premier ministre de Crimée et Alexeï Tchaly, maire de Sébastopol ont apposé leur signature sur le traité d’intégration.

Dans un message adressé aux parlementaires russes et au leaders de Crimée, Vladimir Poutine a déclaré que « La Crimée n’appartiendra jamais aux successeurs de Bandera (1)». Le président russe précise : «la péninsule a été et restera russe, aussi bien qu’ukrainienne, mais aussi celle des Tatars de Crimée, et que sa sortie de la Russie et son rattachement à l’Ukraine en 1954 s’étaient effectués en violation des dispositions constitutionnelles, et pour des raisons pas du tout claires ». Et le président Poutine d’ajouter : « chacune des trois langues sur le territoire de la Crimée aura le statut de langue d’État. Dans l’avenir le plus proche, il y aura la réhabilitation des Tatars de Crimée qui ont souffert de répression durant les années soviétiques ».

Ligne rouge

À propos de l’ordre mondial actuel, Vladimir Poutine a souligné « qu’avec la disparition du monde bipolaire la planète n’est pas devenue plus stable. Les institutions internationales clés ne se sont pas renforcées, souvent elles ont décliné. Nos partenaires occidentaux, les États-Unis à leur tête, préfèrent se laisser guider, dans leurs politiques concrètes, non par le droit international, mais par le droit du plus fort ». Et le président russe de citer les exemples de la Yougoslavie, Irak, Afghanistan et de la Libye auxquels « on a voulu imposer des standards étrangers qui, au lieu de la démocratie, ont conduit au chaos ».

Très amer, le patron du Kremlin soutient que la Russie est « traquée pour ses positions indépendantes alors qu’elle propose sincèrement une coopération sur tous les plans ». « Nous ne voyons pas de démarches similaires de leur côté (NDLR. Pays occidentaux), au contraire, on nous trompe tout le temps, les décisions sont prises derrière notre dos, on nous met devant le fait accompli », poursuit Vladimir Poutine.

À propos des derniers développements, le président russe ne mâche pas ses mots. Il exige la protection des intérêts russes tout en considérant que les pays occidentaux « ont franchi la ligne rouge ».

 

 

(1) Stepan Andriyovich Bandera (1909-1959) est un militant ukrainien de droite ultra-nationaliste. Le 30 juin 1941, 8 jours après l’invasion de l’ex-Union Soviétique par l’Allemagne Nazie, il avait proclamé l’indépendance de l’Ukraine. Le mouvement ukrainien nationaliste de Bandera était un puissant allié du mouvement nazi.

Tags:, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :