À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Canada. Les policiers ne veulent pas entendre parler de brutalité.

Ils ont l’oreille chaste et la trique facile.

À Montréal, dans ses fondements, la 18e édition de la journée d’action contre la brutalité policière n’a pas été démentie par les faits. Encore une fois, ce samedi après-midi, dès le démarrage de la manifestation, à proximité de la station  Jean-Talon du Métro de Montréal. Des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont signifié aux organisateurs que leur manifestation était illégale. Motif : les services de sécurité de la ville n’avaient pas reçu d’itinéraire précis à l’avance.

Face à la détermination de certains jeunes, le SPVM épaulé par la Sécurité du Québec (SQ) a procédé à l’arrestation de 280 manifestants. L’un des manifestants a, par ailleurs, été légèrement blessé. Les manifestants appréhendés risquent de lourdes amendes.

Organisé par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) depuis 1997, cette journée a toujours été marquée par une répression policière démesurée avec un pic de 371 arrestations en 2002.

Sur son site (https://www.cobp.resist.ca) le COBP dénonce « un état policier paramilitaire et la répression politique », tandis que des banderoles accusent la police d’être une « milice du capital ».

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :