À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

François Hollande. Des étrennes de 30 milliards d’euros pour les entreprises

Lors de la conférence de presse annuelle, le président français a déroulé le pacte de responsabilité, son dispositif phare qui replace l’entreprise au cœur de son quinquennat. En revanche, il a refusé de répondre aux questions des journalistes sur sa relation intime avec l’actrice Julie Gayet.

 Parce que « sa (ma) boussole c’est l’emploi », François Hollande, le président français propose le pacte de responsabilité. Un projet qui fait suite au pacte de solidarité, proposé par Pierre Gattaz, président du MEDEF, après son élection à la tête de l’organisation patronale le 3 juillet 2013. Sauf que le patron des patrons demandait 100 milliards d’euros d’allègement en cinq ans pour la création d’un million d’emplois d’ici 2020 et que François Hollande propose 30 milliards d’allègement de charges sur la période 2014-2017 contre « plus d’embauche et d’avantage de dialogue social », sans en fixer d’objectifs précis. Le président de la République parle non pas de création d’emploi, mais d’embauche.  Il précise néanmoins que « les contreparties doivent être définies au niveau national et déclinées par branche professionnelle ».

Les 30 milliards d’allègement représentent 4% de la masse salariale en 2014 et par la suite, 6% de cette même masse salariale jusqu’en 2017. L’objectif d’un million d’emplois ne faisant pas l’unanimité, même au sein du MEDEF, si l’on atteignait la barre de 500 000 créations emploi, l’allègement proposé par François Hollande représenterait alors 60 000€ par poste créé ou par embauche –on ne sait pas exactement- ; sachant qu’avec la mobilité des entreprises et leur prise de risque dans un environnement concurrentiel exacerbé, la durée de vie d’un emploi reste très aléatoire.

Réduire les dépenses publiques pour le pacte de responsabilité

Cela dit, dans une situation de disette budgétaire, la première question qui vient à l’esprit est celle qui consiste à savoir comment compenser les baisses de charges des entreprises. Les cotisations familiales et « La réduction des dépenses publiques » réplique le président français qui annonce 15 milliards d’économie en 2014 et 50 milliards sur la période 2015 à 2017. « En avril, le Premier ministre adressera des lettres de cadrage pour fixer le montant de la dépense aux ministres du Gouvernement en fixant, non seulement le volume des économies à attendre en 2015, mais aussi le volume des économies à faire jusqu’en 2017. Toutes les dépenses, toutes les politiques, toutes les structures seront concernées. L’État, c’est son rôle, montrera l’exemple. Mais il ne peut pas être seul dans ce processus, puisqu’il ne représente qu’un peu plus du tiers de la dépense publique. Le reste étant à la charge des collectivités locales et de se qu’on appelle la protection sociale. Alors, c’est notre organisation territoriale qui devra également être revue ». En clair, ce sont vraisemblablement les Départements qui vont en faire les frais soit en se fondant dans les métropoles soit en périclitant progressivement. Avec un « Moins d’État et plus pour le patronat ! », incendiaire, la CGT tire à boulets rouge sur la sortie du président de la République

« Il n’y a pas de statut de conjoint du chef de l’Etat »

S’agissant de la question qui agite le landerneau depuis maintenant quelques jours ; c’est-à-dire la relation de François Hollande avec l’actrice Julie Gayet, le président a sèchement répondu « Les affaires privées se traitent en privé, dans une intimité respectueuse de chacun. Ce n’est donc, ni le lieu, ni le moment de le faire ». Quant à savoir si Valérie Trierweiler  était toujours la Première dame de France. François Hollande a répliqué qu’il répondra à cette question avant son déplacement aux Etats-Unis, le 11 février prochain.  « Il n’y a pas de statut de conjoint du chef de l’Etat. Il n’y en a jamais eu, il y a une pratique qui varie selon les personnalités, c’est un usage. Ce qui est essentiel, pour moi, c’est la transparence », précise-t-il par la suite. Et François Hollande d’ajouter à propos de sa sécurité lors des ses rencontres intime avec Julie Gayet « partout, et à tout moment, j’ai été protégé, que personne ne s’inquiète là-dessus ». Lorsque les journalistes se sont montrés insistants sur l’état de santé de Valérie Trierweiler, il simplement répondu : « elle se repose », sans plus.  En revanche, il assure que qu’il n’y aura pas de poursuite contre le magazine people Closer qui a révélé la relation Hollande-Gayet, dans son édition de vendredi dernier.

D. S.

Tags:, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :