À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

France. Les « bonnets rouges » ne sont pas les seuls à voir rouge

Entre 15 000 et 30 000, manifestants, selon les sources, coiffés de bonnets rouges, en référence aux révoltes paysannes bretonnes du XVIIe siècle, ont battu le pavé ce samedi à Quimper. Une marche contre l’écotaxe, jugée pénalisante pour l’agriculture et qui a réuni salariés, simples citoyens, élus, artisans, chef d’entreprises et petits exploitants, mais aussi des représentants de l’agroalimentaire.

Ce cocktail inhabituel a conduit, entre autres,  le Front de gauche, Europe écologie-les Verts, le Parti communiste, la CGT et la FSU à appeler à une manifestation parallèle à Carhaix, jugeant les mots d’ordre de la manifestation quimpéroise ambiguë. La manifestation des Bonnets rouges a, en outre, servi de tribune aux autonomistes bretons. Des échauffourées ont également éclatés entre policiers et des groupes de manifestants, faisant plusieurs blessés de part et d’autre.

Il est vrai que de par sa composante, la manifestation de ce samedi peut paraître d’une lisibilité assez complexe et d’aucuns peuvent légitimement y voir une menace à l’intégrité nationale. Mais ce n’est sans doute pas la seule source d’ambiguïté de poids de ces derniers jours. La récente lettre ouverte du socialiste Jonathan Munoz aux militants PS en dit long. « Je sais que beaucoup de militants s’interrogent sur l’action du gouvernement, sur son cap, ou même parfois sur notre rôle au sein du Parti Socialiste. Vous êtes de plus en plus nombreux à m’interpeller sur votre mécontentement, sur notre problème de gouvernance (…). En 2012, nous avons promis le changement aux Français et ils nous ont fait confiance. La gauche au pouvoir doit s’affirmer autour d’une ligne politique ancrée à gauche loyale aux engagements de campagne du Président de la République et fidèle au monde salarial, fidèle au progrès social, fidèle à l’idée que les services publics sont le cœur et le bras armé de la République, fidèle enfin à une Europe résolument démocratique. La gauche doit honorer son mandat. Elle doit être à la hauteur des attentes et des espérances qu’elle a sues susciter durant la campagne présidentielle et législative. La réalité aujourd’hui c’est que nous faisons payer la hausse du déficit aux classes moyennes avec une hausse des impôts qui va ralentir la croissance et accroître la crise (…). Il faut que je vous le dise avec mes mots, mais je sais que vous partagez mon sentiment. Le vote qui a eu lieu sur la nouvelle réforme des retraites, c’est un vote qui ne s’explique pas », écrit le premier fédéral PS de Charente.

 

Tags:, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :