À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Le gouvernement fédéral en veilleuse

Le site de l’Office fédéral de recensement des Etats-Unis ne répond plus (photo d’écran par Dahmane Soudani)

Le site de l’Office fédéral de recensement des Etats-Unis ne répond plus (photo d’écran par Dahmane Soudani)

Dominé par les républicains, le Congress bloque la rallonge budgétaire trimestrielle et met sérieusement en difficulté le fonctionnement des institutions fédérales.

Ce matin, des fonctionnaires aux chefs d’entreprises en passant par les universitaires, les chercheurs et les journalistes, tous les usagers qui ont cliqué sur le lien d’accès au portail de l’Office fédéral de recensement des Etats-Unis (United States Census Bureau) ont eu la désagréable surprise d’être éconduits par l’annonce suivante : « En raison du manque de financements gouvernementaux, les sites census.gov, les services et toutes les demandes en ligne de collecte d’informations ne seront pas disponibles jusqu’à nouvel ordre. (…) Sont affectés  par ce problème, tous les sites web hébergés, y compris  census.gov. ». Plus frappant encore des fonctionnaires d’agences fédérales qui se sont présentés, comme d’habitude à leur lieu de travail ont dû rebrousser chemin pour absence de financement de leurs postes.

Obamacare dans le viseur

« À présent, ils l’ont fait », s’alarme le démocrate Jon Carson directeur exécutif de Barack Obama.Com. Le Congress ou Chambre des représentants, dominé par les républicains a bloqué la rallonge budgétaire trimestrielle. Très remontés contre le dispositif de couverture santé dit Obamacare et sous la pression des ultraconservateurs du Tea Party, les partisans de John Boehner ont pris cette décision, le jour même d’entrée en vigueur de cette législation. Soumettant la Maison Blanche à un chantage insoutenable, les républicains exigent une réduction immédiate des dépenses comme conditions de vote la nouvelle tranche budgétaire. En clair reporter l’entrée en vigueur de la loi Obamacare, d’au moins une année ; ce qui en soit représente une entrave à une mesure légale, validée par la Cour suprême des Etats-Unis.

Excédé par les manœuvres des républicains, Barack Obama lance une pétition (photo d’écran par Dahmane Soudani)

Excédé par les manœuvres des républicains, Barack Obama lance une pétition (photo d’écran par Dahmane Soudani)

« Croisade idéologique »

Les républicains, en particulier l’aile ultraconservatrice Tea Party ne font pas mystère de leurs desseins : vider Obamacare de sa substance. « C’est la loi la plus insidieuse que l’Homme n’ait jamais connue », avait déclaré, en début de semaine, le représentant républicain de l’Indiana Todd Rokita ; ce à quoi Barack Obama a répondu qu’il y opposerait son véto en qualifiant les républicains « d’irresponsables », menant une « croisade idéologique » et dont  l’agitation de 2011 avait déjà conduit à la baisse de la note souveraine des États-Unis.

Passé maître dans l’art d’investir la toile, Barack Obama a aussitôt lancé une pétition en ligne sous le titre « John Boehner doit stopper ceci ».

Obamacare : un succès fulgurant dès le premier jour

Le président américain n’a pas été démenti par l’intérêt qu’ont montré, dès le premier jour, les citoyens américains, à son dispositif de santé. Deux heures après le lancement, les connexions sur le site de la bourse de santé (Health Exchange) de New York n’étaient plus possibles. En 120 minutes, ce portail a enregistré 2 millions de visites ; ce qui a conduit les gestionnaires de la plateforme à mettre une annonce recommandant aux usagers de différer leurs requêtes.

55 milliards de perte en une semaine

La majorité au sein de la Chambre des représentants semble s’orienter vers un vote chapitre par chapitre pour maintenir en activité les employés fédéraux « indispensables » et mettre en congé sans solde ceux qui ne le seraient pas, soit, au bas mot, 800 000 salariés ; une option qui de l’avis de l’agence Moody’s couterait, en une semaine, 55 milliards de dollars à l’économie américaine. Pendant ce temps John Boehner, lui, continuera à toucher ses prestations estimées à 400 000 dollars par an et considérées comme indispensables et incompressibles. Pour les mêmes raisons, les 533 représentants du Congress continueront, eux aussi à percevoir leurs chèques.

Preuve du succès d’Obamacare, le site des services de santé de New York est engorgé (photo d’écran par Dahmane Soudani

Preuve du succès d’Obamacare, le site des services de santé de New York est engorgé (photo d’écran par Dahmane Soudani

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement des Etats-Unis baisse le rideau. En 1995, sous le mandat de Bill Clinton, les robinets avaient été fermés pendant 21 jours. Mais la situation financière n’était pas la même et l’endettement public représentait moins du quart de celui d’aujourd’hui.

Les républicains désavoués par les sondages

Si le blocage se poursuivait jusqu’à fin octobre, les anciens combattants y compris les 3,3 millions d’handicapés, pourraient être privés de leurs prestations perçues sur cette ligne de crédit.

Résultat de ce bras de fer, les Etats-Unis risquent d’être mis en défaut de payement ; ce qui de toute évidence, affecterait toute l’économie mondiale. Des ambassades risquent également d’être fermées.

Alors que cette question n’est pas encore résolue, une autre crise pointe à l’horizon. La question du relèvement du niveau de la dette devra être traitée le 17 octobre prochain. Et il n’y aura pas d’intermède de calme entre les deux dossiers et ce d’autant que  John Boehner promet que toute concession devra être assortie de la baisse des dépenses et des réformes visant à réduire le volume de la dette et le poids du déficit. Il a été aussitôt salué par un sondage qui révèle que 69% des Américains considèrent que les élus républicains agissent comme des « enfants gâtés ».

Dahmane Soudani

Tags:, , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :