À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Ukraine. Les mots ont-ils encore un sens ? 

Alors qu’on n’enregistre pas l’ombre d’une escarmouche entre la Russie et l’Ukraine, un délire médiatique indécent a déjà inventé un agresseur et un agressé !

À en croire certains médias très inspirés, mais aussi des capitales va-t-en-guerre, la Russie a déjà envahi l’Ukraine. Enfin pas tout à fait ! mais cette invasion, serait dans une situation irréversible ; une sorte d’instant originel, de T égal zéro d’avant le big bang pour utiliser une terminologie propre à la cosmologie.

Les médias qui se sont assis sur le droit international s’en rappellent, enfin !

Et face à un big bang, il faut tout mettre dans la balance car la survie en dépend ! On bombe le torse, on déplace du matériel militaire, vers les frontières ouest de la Russie, on peaufine les paquets de sanctions contre ce même pays et certains journalistes se sont déjà clairement reconvertis en agents de propagande de guerre. À ce propos, Parce que le président ukrainien Volodymyr O. Zelensky appelle au calme en soutenant que l’invasion de son pays par la Russie n’est aussi évidente, ce mardi, sur NPR, la radio publique américaine, lui a rappelé vertement son passé de comédien. Même les médias qui se sont assis sur le droit international lorsqu’il s’agissait de l’Irak, l’Afghanistan, la Yougoslavie, la Lybie, de la Syrie…, l’exhume des gémonies auxquelles ils l’avaient voué… bref tout un dispositif de guerre, contre une menace qui, tant selon les dirigeants russes et qu’ukrainiens est exagérée ou n’existe pas.

Vous n’avez pas compris les fondements de cette hystérie ? Vous n’êtes pas les seuls ! Il y a une sorte de mur de Planck qui empêche un esprit sain d’en percer le mystère. Dans ces conditions, seuls les faits peuvent nous aider à échapper à l’emprise de cette propagande malsaine et à nous faire une idée ne serait-ce qu’un tant soit peu précise.

Les alliances : un droit à géométrie variable

L’obsession de l’inéluctabilité de l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’est pas le seul aspect abstrus de cette tragi-comédie. D’ailleurs, l’Illisibilité est également dans le discours de certains dirigeants. À ce propos, à l’issue de la rencontre avec le président russe, Vladimir Poutine, le 7 février dernier, le président français Emmanuel Macron en donne la preuve la plus éclatante.

Lors de la conférence commune des deux dirigeants, après avoir utilisé le mot « alliés », au bas mot, à 5 reprises et après avoir déclaré, « Moi je crois en l’Europe et en l’unité de l’Europe. Je pense que c’est un élément fondateur et fondamental et en effet la politique de porte ouverte de l’OTAN a été actée en ce qu’elle est aussi essentielle, existentielle pour des pays comme la Suède ou la Finlande », à la 14e minute, le président français ajoute « Nous ne pouvons pas courir le risque, collectivement, de voir revenir en Europe le spectre de la confrontation, des sphères d’influence, de l’instabilité et du désordre » à la 19e minute.

Rappelons que la Finlande et la Suède ne sont pas membres de l’OTAN. Qu’à cela ne tienne !

Que devrait-on comprendre de ces deux citations antinomiques du président français, qu’un groupe de pays dispose du droit d’avoir des sphères d’influence en Europe et que la même ambition soit interdite à la Russie qui en fait partiellement partie ?

Cet aveu involontaire d’Emmanuel Macron révèle les véritables fondements de la crise géopolitique qui sévit en Europe et qui peut accidentellement dégénérer en un très grave conflit, en effet. Ce qu’il faudrait avoir clairement en tête, c’est qu’une guerre entre puissances nucléaires n’est pas un jeu vidéo ; On n’est plus dans les guerres de tranchées avec leurs récits épiques, non plus. Il n’y aura simplement plus personne pour relater les faits.

« Vous n’aurez même pas le temps de cligner les yeux »

À ce titre, répondant à la question d’une journaliste française, lors de la même conférence de presse, le président russe a été, on ne peut plus clair : « Je l’ai déjà dit et je voudrais que vous m’entendiez, et pensez à ceux qui vont vous lire. Est-ce que vous comprenez ou pas que si l’Ukraine fait partie de l’OTAN et que militairement, elle va essayer de reprendre la Crimée, les pays européens seront automatiquement impliqués dans un conflit militaire contre la Russie. Il faut bien comprendre cela. Il faut également bien réaliser que la Russie est une puissance nucléaire et que sur ce plan, elle dépasse beaucoup de ses concurrents. Il n’y aura pas de gagnant dans un tel conflit. Vous n’aurez même pas le temps de cligner les yeux et voilà ! »

Difficile de se réconcilier une fois transformés en cendre radioactive ! Dans ces conditions, pourquoi ne pas se rendre à l’évidence et reconnaitre que la Russie, comme les pays occidentaux, a le droit de tenir à sa sécurité. À ce titre aucun pays non limitrophe disposant de moyens à même de porter sérieusement atteinte à son système de défense ne doit avoir de structures militaires à ses frontières, même dans le cadre d’une alliance. Le meilleur moyen pour les pays voisins d’une grande puissance, quelle que soit cette puissance, d’assurer leur sécurité c’est d’éviter de prendre des décisions pouvant porter atteinte à la sécurité du voisin.

D. S.

Tags:, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :