À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Coronavirus. Contribution au traitement de l’information

Dans le pourtour méditerranéen le coronavirus 2 (1) sème la mort et tue, quotidiennement, des personnes de tous les âges, par centaines. L’information des gens sur les règles et les conduites à suivre fait partie d’un combat noble et généreux. Elle consiste à donner de son temps pour tenter de sauver des vies humaines ou d’alléger les souffrances des patients et de leurs familles. 

En toute bonne foi, des internautes pensent qu’il faudrait, au plus vite, faire circuler les informations pour limiter les dégâts. Sauf que dans la foire où l’on va puiser ces denrées partageables, il y a de tout, des informations erronées, de fausses informations et même de fausses informations avec usurpation de titre. On a vu dernièrement des informations fallacieuses attribuées à des experts taiwanais et à des médecins japonais circuler sur la toile. 

Une autre personne ou groupe de personnes a même usurpé l’identité de la direction de l’Hôpital de Stanford aux USA pour propager des informations très approximatives, voire douteuses. Le post qui véhiculait cette information mensongère était devenu viral avant d’être débusqué par la FactCheck Org (voir lien). Pourquoi ces acteurs agissent-ils de la sorte ? Le traitement de cette interrogation est l’objet de toute une enquête. Mais on peut d’ores et déjà supposer que cela va de la personne pas très attentive à celle qui est clairement animée de mauvaises intentions en passant par le cas plus complexe d’individus soucieux de se mettre en avant. 

Dans l’état actuel des choses, à mon sens, les fausses informations les plus dangereuses touchent aux (1) :

a. diagnostic (symptômes très fantaisistes) ; 

b. faux soins alternatifs ;

c. l’imminence d’arrivée sur le marché de médicaments miracles.

Ces propagations sont dangereuses pour les raisons suivantes : 

  • Elles incitent les personnes fragiles ou mal informées à adopter des attitudes ou à recourir à des procédés qui les écartent du parcours médical le plus rapide, le plus efficace et le moins dommageable pour leur entourage et pour le personnel médical (a et b) ;
  • Elles retardent le diagnostic par des professionnels, provoquent l’aggravation de l’état de santé du patient, augmentent le coup de sa prise en charge et exposent son entourage à une contagion imminente -répétition volontaire- (a et b) ;
  • Elles altèrent la vigilance des populations et les poussent à prendre moins de précautions ; ce qui de facto agira négativement sur la prévention et la situation sanitaire collectives (b et c).

Comment éviter de devenir un récepteur-relais de ces agissements ?

  1. Principe de base : Il n’y pas que la rapidité qui justifie la diffusion d’une information, mais surtout sa véracité.
  2. Donner la bonne information nécessite de recourir à ce qu’on appelle la critique des sources : remonter à la source de l’information et éventuellement la confronter à d’autres.
  3. Toute information qui n’est pas sourcée s’apparente à la rumeur et ne devrait pas être reprise, à moins d’en assumer, personnellement, la responsabilité totale et entière.

Dans le cas de la pandémie de la Covid-19

  1. Éviter surtout de donner des informations non vérifiées qui sont susceptibles d’altérer la vigilance des populations ou de porter atteinte aux principes de précaution (mesures barrières, distanciation sociale et confinement).
  2. Éviter de donner des informations non vérifiées qui peuvent paniquer les populations. Le stress fragilise les malades et les pousse à adopter des conduites irrationnelles et potentiellement dangereuses pour leur entourage.
  3. On ne le répètera jamais assez : les sources de référence restent : le médecin traitant ou le service sanitaire le plus proche, les institutions gouvernementales (ministère, agence de santé…), les instituts de référence (Kock, Pasteur…) et les organisations internationales compétentes (OMS, aléatoirement UNICEF)

Dahmane SOUDANI

(1) SARS-CoV-2 (comme Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2) pour les anglophones et 2019 nCov (comme Nouveau coronavirus 2019) pour les francophones.

(2) J’écarte volontairement de cette réflexion : 

  • les attitudes suicidaires d’individus obscurs qui pour des raisons occultes s’affranchissent de tout principe de précaution en incitant les autres à en faire de même. Leurs cas relèvent beaucoup plus de la justice et que d’un travail d’explication et de pédagogie ;
  • les actions qui volontairement ou involontairement visent à semer la panique.

Lien : https://www.factcheck.org/2020/03/viral-social-media-posts-offer-false-coronavirus- tips 

Tags:,

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :