À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Algérie. Général Benhadid : l’arrestation de trop

L’ancien général à la retraite accuse Saïd Bouteflika, de détournement des pouvoirs de son frère, Abdelaziz Bouteflika, le président de la République au profit de ses ambitions personnelles.

Le général Benhadid appel à un redressement institutionnel (photo d'écran-DR)

Le général Benhadid appel à un redressement institutionnel (photo d’écran-DR)

C’est peut-être le coup de trop. Après l’arrestation, apparemment sans motif, du général Abdelkader Aït-Ouarab dit Hassan, responsable de l’action anti-terroriste et le récent limogeage intervenu quelques jours après, du très discret Mohamed Médiene alors patron du renseignement algérien, suivie de celle du Ahmed Boustila chef de la Gendarmerie nationale, le pouvoir vient de procéder à l’arrestation du général à la retraite Hocine Benhadid, ancien chef de prestigieuse 8e brigade blindée. C’est ce que rapportent les quotidiens algériens dans leurs éditions de ce jeudi.

Arrestation sur décision administrative

«Benhadid a dépassé les limites, il a diffamé le chef d’état-major, ce qui est très grave pour un gradé comme lui, insiste un conseiller du président Bouteflika joint mercredi soir par téléphone. Il a même appelé à renverser le président dans l’interview à Radio M. Pour nous, c’est impardonnable, et c’est la voie directe pour le tribunal militaire de Blida», relate le quotidien algérien El Watan. Cette déclaration a au moins le mérite d’être claire : il ne s’agit pas d’une arrestation ordonnée par la justice, mais d’une interpellation sur décision administrative. Or l’Algérie n’est ni en état d’urgence, ni sous aucune autre situation d’exception.

Qu’en est-il réellement ?

Le général Hocine Benhadid a démissionné de son poste en 1996. Depuis il n’a plus eu aucun pouvoir. Il lui arrive, même si le fait est très rare, d’exprimer son opinion de citoyen. Il faisait partie des personnalités qui avaient dit non au 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, alors malade. Les déclarations auxquelles faisait allusion ce conseiller de la présidence c’est une interview accordée par le général à la retraite à Radio M, il y a une dizaine de jours au cours de laquelle il accusa Saïd Bouteflika, frère et conseiller du président de la République de « déstructurer toutes les institutions pour rester maitre à bord ». « Et il est maître à bord, actuellement ! Il lui reste Gaïd Salah (NDLR. Vice-ministre de la Défense) à liquider pour être maître à bord, ensuite et il va faire ce qu’il veut », ajoute le général qui se montre de plus en plus précis dans ses remontrances.

« L’argent du peuple dans les pays du Golfe, en Espagne et… au Maroc »

 

« Il y a une bande mafieuse qui gouverne l’Algérie maintenant ; des détraqués présidés par Saïd Bouteflika (…) Ils sont en train de piller les richesses du pays. Ils ont investi dans les pays du Golfe avec l’argent du peuple, en Espagne, maintenant, il sont en train de transférer de l’argent au Maroc pour s’y installer définitivement au cas où… », assène Hocine Benhadid.

L’ancien général indique que le président Bouteflika est en réalité très malade et qu’il serait conscient entre 30 à 40 minutes par jour, en ajoutant que son frère le force à prendre des décisions qu’il n’aurait jamais prises s’il était en pleine possession de ses capacités. D’ailleurs, selon le militaire, le limogeage du général Toufik est l’œuvre de Saïd Bouteflika et pas du président de la République.

« Saïd Bouteflika, qu’est-ce qu’il a comme poste à la présidence ? Conseiller tout court, comme tous les autres conseillers. Comment se fait-il alors que Sellal (NDLR. Chef du gouvernement) accepte de recevoir des ordres de Saïd Bouteflika ? Comment se fait-il qu’Ouyahia (directeur de cabinet de la présidence) reçoive des ordres de Saïd Bouteflika ? (…). Il fallait s’y opposer. Comment se fait-il que Saïd Bouteflika ait imposé Ali Haddad comme patron du FCE (NDLR. Patronat algérien). Il l’a imposé. Ali Haddad se permet de donner des ordres aux ministres, au gouvernement et personne ne bouge, ni Sellal, ni Ouyahia. Ils (NDLR. Sellal et Ouyahia) sont soumis à cette mafia. Ils reçoivent des ordres de Saïd Bouteflika, pas au nom de Bouteflika (NDLR. Le président). Il donne des ordres directement, à l’état major, à la présidence, au gouvernement aux ministres, aux walis…

Appel aux forces politiques pour chasser « une bande de malfaiteurs »

Saïd-Bouteflika-DS

Saïd Bouteflika, un Machiavel politique ou souffre ou souffre-douleur de ses détracteurs ? (photo DS)

Pour Hocine Benhadid, il n’y a pas de doute, Saïd Bouteflika se prépare à la prise du pouvoir en Algérie en s’appuyant sur une garde rapprochée dévergondée et des hommes de main qu’il aura installés à la tête des principales institutions du pays par le recours à une véritable usurpation de la fonction présidentielle. Le militaire en profite pour amoindrir également les chances du deuxième prétendant à la magistrature suprême, le général Gaïd Salah. Aux casseroles que celui-ci traine à propos des affaires dites d’Annaba, il en rajoute un autre dossier celui de l’EFOR (École de formation des officiers de réserve de Blida) ; un scoop qui agite déjà le milieu de la presse algérienne.

Cela dit, le général Benhadid était loin de s’imaginer qu’il allait être enlevé dans la rue –alors qu’il se rendait à son médecin- par une armada de véhicules de police et gendarmerie, mais habitué des tribunaux, il s’attendait, en revanche, à des poursuites. À ce propos, il confié à son interviewer : « Qu’il (NDLR Saïd Bouteflika) m’attaque. Je m’attends à cela, quel est le problème ? À ma sortie de l’armée, j’avais fait tous les tribunaux d’Alger ; j’ai pratiquement fait tous les tribunaux d’Alger, pour rien ! À l’époque c’était Smaïl Lamari (service de renseignement) qui était derrière et qui voulait me salir. J’y ai été. J’avais de bons avocats et j’en suis sorti indemne. Pour rien du tout, j’ai fait les tribunaux de Boumerdes, d’El Harrach, Birmandreis… tous les tribunaux pour rien du tout et j’ai assisté à toutes les séances ».

Et le général à la retraite d’interpeler les forces politiques du pays en ces termes : « Je lance un appel. Il y a une bande de malfaiteurs qui gouverne l’Algérie, avec à leur tête Saïd Bouteflika ; ce sont de voleurs, des menteurs. Ils sont en train de piller les richesses de l’Algérie. Je lance un appel à l’élite politique, aux caciques du FLN, s’il le faut comme Benhamouda, Yahiaoui, Zéroual, Khaled Nezzar, pour ne pas laisser cette bande de malfaiteurs, de voyous, à leur tête Saïd, Ali Haddad et d’autres gouverner cette Algérie et à l’opposition positive si tant est il y avait une opposition…J’insiste à ce que Khaled Nezzar participer à ce débat. ». On ne voit pas où est l’appel à « renverser le président », comme semble le faire croire le conseiller à la présidence qui s’est livré à El Watan.

« Traité comme un délinquant »

Cette nouvelle arrestation d’un officier supérieur, va-t-elle laisser indifférentes les institutions et l’armée algérienne, rien n’est moins sûr. Dans son édition d’aujourd’hui, le quotidien El Watan rapporte qu’un général à la retraite qui avait servi avec Hocine Benhadid à Béchar dans les années 1990 estime qu’il est « inadmissible qu’un ancien patron de la lutte antiterroriste, un gradé aux diplômes et aux décorations impressionnantes soit traité comme un délinquant».

Comme le pense une partie des Algériens, le général Benhadid accuse Saïd Bouteflika d’avoir mis un système qui lui permet de court-circuiter son propre frère et de faire passer ses propres décisions pour celles du président de la République ; une véritable usurpation du pouvoir. Si tel était le cas, cela serait très grave et une expertise médicale collégiale devra être engagée immédiatement avec en perspective la remise sur les rails des institutions du pays.

Plus d’info : écouter l’interview du général Benhadid :

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :