À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

ONU. Poutine dénie à Hollande et à Obama le droit de choisir le dirigeant syrien

Très courtisé par la presse, à New York, c’est Vladimir Poutine qui fait l’évènement aux Nations Unies. Après son discours à devant l’Assemblée générale où il a clairement signifié que l’ère d’un monde avec un seul centre de décision est révolu, il donne un véritable coup de pied dans la fourmilière. À l’issue de son entretien avec Barack Obama, il a déclaré à la presse : « J’ai le plus grand respect pour mes homologues américain et français mais ils ne sont pas syriens et n’ont donc pas à être impliqués dans le choix des dirigeants d’un autre pays ». La messe est dite !

La Syrie est aujourd’hui non seulement une zone de fracture géostratégique, mais un espace de rupture entre le principe de souveraineté nationale consacré par le droit international et la doctrine de la vassalisation des États les plus faibles militairement qui relève des voies de fait, ne reposant sur aucun principe du droit.

Tags:, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :