À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

La Turquie armurier de l’État Islamique

Ce sont deux procureurs et une trentaine des gendarmes turcs, témoignant sous serment, qui le disent. Ils ont également été entendus par les correspondants de l’agence Reuters qui livre cette information. Ankara a livré des armes semi-lourdes aux combattants d’al-Qaïda et de l’État islamique en 2013 et 2014 ; un programme, selon les différents recoupements, supervisé par le service de renseignement turc MIT. Reuters qui a pu accéder aux dépositions des gendarmes donne même le détail de certains armements comme des roquettes, munitions, obus et des mortiers en pièces détachées.

En novembre 2013 et en janvier 2014, dans la province méridionale d’Adana, quatre camions ont été interceptés par la police et la gendarmerie et le résultat est sans appel : Les quatre véhicules se dirigeaient vers le territoire syrien et leur chargement était entièrement constitué d’armes. Le premier camion a été arraisonné, mais pour les trois autres, les agents du MIT qui les accompagnaient, se sont opposés physiquement aux gendarmes et aux policiers

Les procureurs Ozcan Sisman et Aziz Takci qui ont ordonné les fouilles ont, depuis, étaient démis de leurs fonctions et font l’objet de poursuites judiciaires pour « inspection illégale » et « divulgation de secret d’État ». Quant aux 30 gendarmes, ils sont poursuivis pour « espionnage visant à renverser le gouvernement ». « Quelque de chose de criminel ne peut pas constituer un secret d’État », s’insurge Alp Deger Tanriverdi avocat de des deux procureurs.

Le gouvernement turc nie tout en bloc, sauf que Murat Kislaksi, l’un des chauffeurs, avait déclaré que le 19 janvier 2014, qu’il avait transporté des armes depuis un avion d’un pays étranger dont il n’a pas dévoilé le nom. Un autre camionneur Lutfi Karakaya a déclaré à la police que les pièces d’armement saisies étaient destinées à « un camp utilisé par l’organisation terroriste al-Qaïda situé à la frontière syrienne ». Les différents rapports montrent également que certaines pièces venaient d’une usine d’armement basée à Konya en Turquie.

Tags:, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :