À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Algérie. Bouteflika : une candidature de trouble à l’ordre public

Des heurts violents ont éclaté à Bejaia, faisant plusieurs blessés. Le directeur de campagne du président sortant n’a pas pu tenir une réunion publique prévue dans la capitale des Hammadites.

Abdelaziz Bouteflika, le président algérien sortant et candidat pour la quatrième fois, à sa propre succession, invisible et inaudible, pose réellement problème. Jusqu’à présent il était contesté par les partis politiques et les représentants structurés de la société civile en raison de la partialité de l’administration, des entraves aux réunions publiques de certains candidats et d’une iniquité de médiatisation sur les supports publics. Il y a trois jours, la presse algérienne rapportait que la commission de surveillance de l’élection présidentielle se déclarait impuissante face à l’ampleur des dépassements. Il faut également souligner que dans une société complétement tourmentée, l’effet de la prime au sortant risque d’être démesuré.

Mais ce samedi, un autre seuil a été franchi. Désormais, cette candidature inédite et pour le moins surréaliste d’un président malade, en perte d’autonomie physique, voire de sens du discernement, contraint par la force des choses, de déléguer ses meetings et autres sorties publiques à des inconditionnels peu crédibles, fait face à une contestation populaire.

La présidentielle en danger

Fidèle parmi les fidèles, Abdelmalek Sellal, ancien Premier ministre et directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika a dû annuler, ce samedi matin, un meeting à Bejaia. Des centaines de jeunes, « opposés au 4e mandat », se sont rassemblés devant la maison de la culture où devait se tenir cette réunion publique. Des Heurts violents ont alors éclaté entre manifestants et forces de l’ordre. Plusieurs policiers auraient été blessés. Une information non confirmée, fait même état du décès de l’un d’entre eux. M. Sellal et la délégation qui l’accompagnait n’ont pas pu quitter l’enceinte de l’aéroport de la capitale des Hammadites d’où ils ont dû reprendre un vol pour Alger.

Cet incident met en évidence le jeux de deux camps du pouvoir civil et militaire : ceux qui veulent, pour des intérêts bassement personnels, faire réélire Abdelaziz Bouteflika même sur un civière et ceux qui veulent que sa candidature conduise à une crise pour procéder à un grand nettoyage.

Désormais, la candidature du président sortant pose un sérieux problème à l’ordre public et menace la campagne et le processus électoral. Il y a de forte chance pour que cette élection n’aille pas jusqu’au bout.

Dahmane Soudani

 

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :