À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

USA. Bridgegate redistribue les cartes de la présidentielle de 2016

Soupçonné d’être l’instigateur d’un scandale politique majeur, le gouverneur de Chris Christie, pressenti dans le camp républicain, pour la présidentielle 2016, joue son va-tout.

 

Le républicain Chris Christie a été élu pour la première fois gouverneur du New Jersey en 2009, en gagnant son duel contre le démocrate Jon Corzine qui briguait alors un second mandat. En octobre 2012, il donne un gage de sa capacité à transcender les clivages politiques en collaborant assidûment avec les services fédéraux de l’administration Obama pour la gestion de la prévention et des conséquences de l’ouragan Sandy. En novembre 2013, Chris Christie rempile et remporte l’élection contre sa challenger, la démocrate Barbara Buono. Le 21 novembre 2013, il marque un nouveau pas dans sa fulgurante ascension en se faisant élire président de l’Association des gouverneurs républicains, confortant ainsi sa position de leader –favori des sondages comme on dit en France !- de son camp pour la présidentielle de 2016. La voie du gouverneur de the Garden State semblait désormais tracée, mais à l’automne dernier, une passerelle cède et sème le doute dans les esprits.

Le pont George Washington partiellement fermé sans raison

Le 9 septembre, 2013 –ce fut un lundi- deux voies du pont George Washington, franchissant la vallée d’Hudson et reliant Manhattan à New York City au nord à Fort Lee dans la circonscription de Bergen dans le New Jersey au sud, furent fermées de façon inopinée. Ce pont à double étage vers lequel convergent plusieurs routes interétatiques de la côte Est des Etats-Unis assure le transit de véhicules le plus important du monde. En 2012, rien que dans le sens New Jersey-New York City, 49 110 921 véhicules avaient franchi cet ouvrage.

La fermeture de deux de ses voies, ordonnée par les services de  Chris Christie, s’est traduite par des embouteillages monstres asphyxiant littéralement la petite ville de Fort Lee (35 345 habitants) dont le maire démocrate Mark Sokolich préside aux destinées.

À l’issue de 4 jours de fermeture, la situation était devenue intenable. Estimant que cette fermeture était illégale et qu’elle perturbait de façon significative l’activité maritime, Patrick J. Foye, directeur exécutif de l’autorité portuaire de New York et New Jersey, mit fin à ce calvaire par ordonnance, le vendredi 13 septembre 2013.

Punir un maire en asphyxiant sa ville

Ce qui est extravagant dans cette affaire, c’est que selon toute vraisemblance, la fermeture partielle du pont George Washington, officiellement effectuée pour « étude » n’obéissait à aucune raison tangible.

Au-delà des appartenances politiques, Mark Sokolich a en pointe de sa politique municipale, un important projet immobilier pour sa ville ; priorité pour laquelle l’image d’une cité congestionnée est totalement contreproductive ; voire désastreuse. Cet élément conduit les amis du maire démocrate à voir, à travers la fermeture partielle du pont Washington, une tentative du gouverneur républicain visant à porter atteinte à cette ambition de Fort Lee. Une deuxième hypothèse selon laquelle le gouverneur voulait punir Mark Sokolich pour son absence de soutien à sa candidature en 2013, a également été évoquée. En effet, au printemps 2013, Matt Mowers, directeur de campagne de Chris Christie, approche le maire de Fort Lee et lui demande d’apporter son soutien au gouverneur candidat à sa propre succession. Dans un premier temps, Mark Sokolich y consent avant de se raviser et de supporter publiquement la candidate de son parti Barbara Buono.

Dans le collimateur de la justice fédérale

En tout cas Chris Christie et son administration sont sous le coup de plusieurs investigations. Le 9 janvier 2014, Paul J. Fishman, procureur des Etats-Unis pour la circonscription du New Jersey a ouvert une enquête fédérale. Le 15 janvier 2014, le Sénat lui emboite le pas. Depuis, la presse ne cesse de faire de cette affaire, ses choux gras. Sous les manchettes genre «Bridgegate » ou « Le scandale de la fermeture de la voie de Fort Lee » comme un leitmotiv, cette affaire revient à longueur de colonnes.

D’après une récente enquête ABC News/Washington Post la cote de popularité de Chris Christie est sérieusement écornée. Seuls 35% des américains gardent, pour lui, une opinion favorable contre 40% qui pensent le contraire. En juin 2013, Il avait encore les faveurs de 52% de ses concitoyens.

Chris Christie, autrefois soutien des George Bush, père et fils, a procédé à plusieurs limogeages et licenciements ; des fusibles dont il voudrait par tous les moyens discréditer les témoignages.

C’est dans ce climat délétère que le gouverneur du New Jersey se lance dans une tournée de collecte de fonds sur plusieurs régions des Etats-Unis, au profit  d’autres candidats républicains. Mais personne n’est dupe, cette tournée est, en fait, un test organisé par les élus de son camp pour savoir si leur champion peut encore rester dans la course ou alors s’il faudra procéder, tant qu’il est encore temps, à une solution de rechange. Le retour en grâce dépendra de la moisson ; l’argent étant le nerf de la bataille.

Bridgegate a de fortes chances de modifier, complètement la donne de la présidentielle américaine de 2016 et dans le camp démocrate, on se frotte déjà les mains.

Dahmane Soudani

Tags:, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :