À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Syrie. Entre les Etats-Unis et la Russie la porte du dialogue n’est pas totalement fermée.

« Nous ne défendons pas ce gouvernement (NDLR en Syrie). Nous défendons tout autre chose : les normes et les principes du droit international, l’ordre international contemporain, et même la discussion sur un possible recours à la force exclusivement dans le cadre de l’ordre international existant, des règles internationales et du droit international. Voilà ce que nous défendons. Voilà ce que nous considérons comme valeurs universelles. Lorsque les questions liées à l’usage de la force sont réglées en dehors de l’ONU et du Conseil de sécurité, il y a danger que de telles décisions illégales soient prises contre n’importe qui et sous n’importe quel prétexte », c’est ce qu’a soutenu le président Vladimir Poutine lors d’une interview accordée à la Première chaine de télévision russe et à l’agence américaine Associated Press.

« La Russie est formelle sur le fait que l’utilisation par quiconque d’armes de destruction massive est un crime », mais ce n’est que « Lorsqu’il y aura des preuves d’usage de l’arme chimique par l’une des parties (…) qu’il faudra agir » a tenu à préciser le président russe. En clair Moscou n’est pas contre le recours à la force dans le cadre légal du droit international, en laissant toutefois entendre que cette règle s’applique également à l’opposition syrienne armée, si jamais l’enquête des experts de l’ONU démontre sa responsabilité dans l’attaque chimique du 21 août dernier. Et Vladimir Poutine d’aller droit au but. « S’il est établi que les rebelles utilisent des armes de destruction massive, quelle sera la réaction des Etats-Unis ? » interpelle-il.

Les échantillons prélevés par les experts de l’ONU ont été remis aux laboratoires de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à la Haye et les résultats ne peuvent être connus que vers le 25 septembre prochain.

Par ailleurs, aux Etats-Unis, sauf coup de théâtre, on s’achemine vers un feu vert donné par le Congress à la Maison Blanche pour des frappes contre la Syrie. Le vote pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine. Pendant ce temps aussi bien du côté de la Maison Blanche que du côté du Kremlin on laisse entendre qu’on n’est pas totalement fermé à une rencontre, même informelle entre Barack Obama et Vladimir Poutine, en marge du 8e G20 qui s’ouvrira demain jeudi à Saint Petersburg en Russie.

Tags:, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :