À propos de l’article

Information sur l'auteur

Continuous news from both sides of the Atlantic

Sympa, le père Noël new-yorkais

Christkindel et Hans Trapp (Alsace) demandant si les enfants ont été sages (photo Dahmane Soudani)

Christkindel et Hans Trapp (Alsace) demandant si les enfants ont été sages (photo Dahmane Soudani)

À New York City, le père Noël n’est pas uniquement ce personnage rougeaud, à la tignasse prolifique, l’air débonnaire, vêtu d’un costume rouge à franges blanches aux extrémités et flanqué d’une large ceinture et de bottes noires. Dans la capitale économique des Etats-Unis, il joue la parité. Il n’est ni sectaire, ni raciste, mais plutôt xénophile et oecuménique. De ce fait, il se conjugue au féminin et au masculin. Elle ou il peut être blanc(che), noir(e), brun(e), ou jaune, chauve ou chevelu(e)…, cela ne la (le) dérange pas. En cette période de fêtes de fin d’année, à la Grand Central Station –la gare centrale de New York- où convergent tous les fêtards (es) pour se rendre ensuite un peu partout aux Etats-Unis, Elle (Il) peut être en jupe, en short, en mini-jupe en pantalon ou vêtu(e) de n’importe quelle autre tenue, qu’importe, pourvu qu’il y ait un indice renvoie à Santa Claus. Bref dans la bonne humeur, les New Yorkais renvoient, sans ménagement, le père Noël à ses origines.

Après tout, avant d’avoir été associé à la fête de la nativité, Noël n’était-il pas un généreux sage païen qui, depuis a troqué son âne contre un traineau. Et avant d’avoir été standardisé, à partir de 1931, par l’industrie agroalimentaire –pour ne pas citer le nom d’une firme en particulier-, en faisant appel au génie de l’illustrateur Haddon Sundblom, au gré de ses fantaisies, Santa Claus arborait des tenues de couleurs bleue, brune, jaune, violette ou blanche et de teintes dorées, argentées ou neutres.

Par le passé, dans la symbolique de la générosité de Noël, il y avait aussi des femmes comme la vierge martyre Sainte-Lucie en Suède, autrefois, également, célébrée comme Lucy dans le land autrichien de Tyrol,  La Befana -ayant eu les Rois Mages pour amphitryons, rien que ça !- en Italie, Babouchka (la vieille) ou Kolyada (la jeune) en Russie ou encore Christkindel en Allemagne… Pour aller à la rencontre des pères Noël new-yorkais cliquer sur le diaporama.

Dahmane Soudani

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tags:, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :